«On trouve tout à la Samaritaine». Qui n’a pas, un jour, entendu ce slogan transformé en mot facile pour dire à la fois l’abondance, la société de consommation et la légende commerciale d’une capitale française alors fleuron d’une Europe triomphante? Or la légende, le 23 juin dernier, est redevenue réalité. Fermé en 2005 sur décision préfectorale, victime d’une vétusté chronique, le plus célèbre des grands magasins parisiens a ce jour-là rouvert ses portes, rhabillé à la mode du XXIe siècle clinquant et luxueux par son propriétaire et exploitant: le groupe LVMH du milliardaire Bernard Arnault.

Lire aussi: Quarante ans après, le 10 mai 1981 et le poison des désillusions