J’oublie tout. Ce n’est pas nouveau, mais là, ça devient critique. Samedi nuit, en rentrant d’une soirée karaoké, je me sentais très légère sur mon vélo. Trop. J’avais oublié mon smartphone chez mon hôte. Or, comment récupérer un smartphone au milieu de la nuit, sans le code d’entrée de la personne qui figure précisément dans… le smartphone? Je collectionne ces brusques retours à la réalité. L’autre jour, c’est mon sac à dos, avec toute ma vie dedans, que j’ai laissé sur les marches de mon entrée. Là aussi, je me sentais si légère en montant dans le train… avant de réaliser que cette légèreté allait devenir très lourde et compliquée.

Lire aussi: La distraction, un poison?