Le peuple suisse sera appelé à se prononcer le 15 mai prochain sur le maintien de la participation suisse à l’espace Schengen, et plus particulièrement à l’agence Frontex qui en est l’un des rouages essentiels. C’est la première fois que le souverain se prononce sur la politique européenne de la Suisse depuis la rupture des pourparlers sur l’accord institutionnel. A la suite de l’arrivée massive de réfugiés venus de l’Est en 2015, l’UE a procédé à une refonte de Frontex, qui collabore avec les Etats membres à la gestion des frontières extérieures de l’UE, à la lutte contre l’immigration incontrôlée et la criminalité transfrontalière.