Plutôt que de s’exprimer en anglais, qui ne semble plus être compris de la même façon des deux côtés de la Manche, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a eu recours au latin, antique langue commune du continent, pour réagir à l’annonce britannique que l’accord du Brexit ne serait tout simplement pas respecté. Pacta sunt servanda, a-t-elle tweeté, autrement dit «Les conventions doivent être respectées». C’était mercredi dernier.

Lire aussi:  Brexit: le ton monte à nouveau entre Londres et Bruxelles