Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Au Paléo, où l'on va comme chez son grand frère.
© SALVATORE DI NOLFI

Revue de presse

Paléo 2016: les contents… les boudeurs…

Comme d’habitude, la programmation du festival nyonnais laisse quelques-uns sur leur faim. Mais Paléo, on «kiffe» quand même «à mort», et la manifestation fera le plein, c’est sûr. Médias et réseaux sociaux reviennent sur l’éclectisme et la bonhomie qui lui garantissent le succès

Bambouleeeee! «On ne vous fera pas l’affront de vous présenter le programme […] – on sait bien que tout le monde l’a déjà vu (et s’en est certainement déjà plaint, quel cynisme!)», comme l’écrit la blogueuse de Daily Rock. Une semaine avant la foire d’empoigne de mercredi prochain pour décrocher le sésame pour se faufiler sur la prairie de la 41e édition du Paléo de Nyon cet été, le festival a donc dévoilé ce mardi le programme et…

Le menu devrait assurer, une fois de plus, de faire carton plein. Et les organisateurs, ensuite, ne ménageront pas leurs «excuses», n’oublieront pas d’être «polis» face «aux fans pris de cours par une billetterie extrêmement performante, conçue pour vendre l’entier des tickets en quelques minutes», comme le rappelle la Tribune de Genève dans un article savamment intitulé «Le marketing sauce paysanne». «L’ouverture de la chasse est pour le mercredi 20 avril à 12 h précises. Et là, c’est du sport…» rappelle L’Est républicain. Même si le système paraît rodé, selon le site du Ticketing Technology Forum. Hum.

Lire aussi: Une 41e édition en demi-teinte

L’image d’une manifestation «qui voit toujours plus gros» aux yeux du Progrès de Lyon – «tonique et éclectique», selon le directeur Daniel Rossellet [sic] – et que d’aucuns auraient qualifiée de «rupestre», est d’ailleurs reprise dans l’éditorial du jour du quotidien du bout du lac. Qui use (et abuse?) de l’expression «entreprise du terroir» pour décrire ce qui est, «pour le public […] toujours le bon copain, le grand frère serein, le tenancier du coin accueillant». Dont «tout l’ADN […] réside dans cet esprit terre à terre, cette économie paysanne, saine, débordant de bon sens, […] son caractère bonhomme».

Lire aussi: Iron Maiden, Muse… Paléo dévoile son programme

Rien de ce périscope genevois dans le commentaire du Matin de Lausanne, en revanche, qui se demande, lui, «où sont les femmes». Réponse: elles se cachent au fin fond du programme et sur les petites scènes – Louane exceptée: «Des pépites dans des grottes, sous les grandes lignes des masculines têtes d’affiche.» Mais cette fausse impression de machisme n’effraie de loin pas un internaute du quotidien orange, qui commente: «Chapeau, ça c’est un festival au top. Va y avoir du monde, et un record d’affluence. Que le beau temps soit de la partie et ce sera une mémorable année 2016.»

Femina le constate: «Il y en aura pour tous goûts.» Ah bon? Mais, «c’est assez surprenant pour être souligné par Le Nouvelliste, deux des têtes d’affiche du prochain Paléo joueront à Sion sous les étoiles quelques jours avant. En ajoutant à cela le fait que trois festivals […] ont uni leurs forces pour faire venir le mastodonte Muse, on peut se demander si 2016 ne signe pas la fin des exclusivités.» Michael Drieberg, organisateur de Sion sous les étoiles, dit que «c’est en tout cas très nouveau. Paléo n’a jamais eu dans son histoire trois têtes d’affiche qui n’étaient pas uniquement à Nyon. C’est un marché tellement compétitif qu’il devient difficile, même pour Paléo, de faire valoir ces fameuses clauses d’exclusivité.»

Sur Twitter, le hashtag #Paleo2016 rassemble une majorité d’avis favorables aux choix faits cette année. La plupart «kiffe» le programme et dit merci. Et sur la page Facebook du patron, les compliments pleuvent. Florilège: «Daniel Rossellat, stp, une machine a cloner pour ne rien rater d’une si magnifique programmation…»; «Top top top top!!!!!!»; «Quelle programmation!! Du lourd!»; «J’aime beaucoup»; «J’adore! Merci pour cette belle programmation, que du bonheur en perspective!»; «Magnifique affiche!! Merci mille fois!»; «Me réjouis!! Va falloir que je trouve des places… Plein de cadeaux à faire.»

Quant à la page FB du festival lui-même, elle rappelle qu’il y a quarante ans, le 2 avril 1976, avait eu lieu la première édition à la salle communale de Nyon, dotée d’une programmation avec le groupe français de musique folk Malicorne en tête d’affiche, qu’un internaute commentait ainsi: «Je souhaite que Paléo retrouve l’audace de ses jeunes années.» A l’instar de @ThaReal_Q, qui a écrit sur Twitter: «Nul ce Paléo, heureusement qu’on se droguera et boira à outrance, hein.» Et puis, il y a ceux qui préféreront aller à Montreux seulement:

Les internautes du Temps qui s’expriment sur notre page Facebook sont, pour leur part, plutôt négatifs. «Hahaha, yes! Il y a quand même pas mal de bon groupes. Après, finir le festival sur Polnareff et Louane…» ironise l’un, déjà somnolent avant les feux d’artifices du dernier soir. Un autre est plus sévère qui dit que c’est «même pas la peine de s’y intéresser, car à peine la billetterie est ouverte qu’il n’y a déjà plus de places. […] Tout pour le marché noir. […] Le Paléo a perdu son âme.» La programmation hip-hop, elle, est jugée «très décevante». Quant à Iron Maiden, «c’est la première fois que Paléo accueille un énooooooorme nom du metal. […] Trop bien, donc, rien que pour ça.» Mais alors, dans un autre genre:

D’autres encore sont plus désabusés: «Je m’en fous du programme, je n’arrive jamais à avoir un billet», déplore-t-on. Ou alors: «Rien qui me fasse rêver»; «De bonnes choses bien éparpillées. Mais comme d’habitude je n’irai pas»; «Nul à ch…»; «Bof bof bof»; «De la soupe»… Un peu dans la mouvance de ce twitto cité par 20 Minutes, qui n’en revient pas: «Fréro Delavega, Louane, Hyphen Hyphen, Souchon, Voulzy, Dutronc… Mais c’est quoi ce délire? C’est la programmation de NRJ? Et Nabilla sur la grande scène?» Et sur la même ligne que cette autre, qui refuse le piège de l’éclectisme:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)