Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Une voie suisse pour Theresa May? Davos, janvier 2017.
© RUBEN SPRICH/REUTERS

Opinion

Le paradoxe du Brexit: une opportunité à ne pas manquer

OPINION. Les Britanniques pourraient suivre la voie de la Suisse pour régler le Brexit, estime Franz de Planta, membre d’economiesuisse

La Grande-Bretagne et la Suisse ont des liens historiques et des similitudes importantes, qui peuvent inspirer une grande Europe, respectueuse des libertés des personnes et de leurs Etats. Les récentes avancées diplomatiques pour répondre au Brexit, génèrent pourtant de nombreuses interrogations.

Le résultat du Brexit a été principalement causé par la peur de l’immigration, attisée par la diffusion constante d’images de réfugiés. Les attentats qui ont touché les capitales européennes ont accru la sensibilisation du public britannique face à la menace extrémiste, alors que le Royaume-Uni contrôle efficacement ses frontières et son territoire.

L’exemple de la Suisse

La Grande-Bretagne se caractérise par une tradition de démocratie parlementaire, particularité sur le continent européen, que partagent la Suède et la Suisse, que mes amis britanniques aimeraient prendre en exemple. En dehors de l’Union européenne, mais dans l’espace Schengen, la Suisse contrôle ses frontières. Les accords ratifiés par le Conseil fédéral doivent être confirmés par le parlement et le Tribunal fédéral, cour suprême suisse, est souverain. La Cour de justice européenne n’est pas reconnue de façon automatique, sauf si cela est spécifié dans les traités bilatéraux. Bien que la Suisse soit membre de l’AELE et ne fasse pas partie de l’EEE, le pays peut faire arbitrer ses différends commerciaux ou d’autres contentieux.

Lire aussi: Le Conseil fédéral pose ses lignes rouges dans les négociations avec l’UE

Enclavée et entourée par de grands pays, la Suisse pratique le libre-échange. Si les secteurs bancaire et alimentaire sont importants, tout comme le tourisme, la Suisse dispose des secteurs manufacturier et pharmaceutique à haute valeur ajoutée, dont la compétitivité soutient toute comparaison avec la Grande-Bretagne.

Les Britanniques pourraient suivre l’exemple de la Suisse avec persévérance et les Européens démontrer leurs principes de liberté

Les citoyens de l’Union européenne sont autorisés à entrer en Suisse sans restrictions. L’embauche de citoyens non suisses est régie par des permis. Les personnes arrivées dans le pays de manière illégale sont refoulées, à l’exception des réfugiés. Les citoyens de l’UE déjà établis en Suisse et y travaillant jouissent de la préférence domestique: une idée qui pourrait être reprise au Royaume-Uni pour dépolitiser les inquiétudes, alors que l’activité économique continentale est plus robuste.

En raison de leur solide sentiment d’indépendance et de leur résilience naturelle, les Suisses surprennent au sein de l’UE. Forcée de négocier avec ses partenaires et voisins pour préserver son économie et ses échanges commerciaux, la Suisse a mené des négociations qui ont porté leurs fruits. La culture et la qualité de vie des Suisses n’ont pas été dégradées par les traités que la Suisse a conclus avec l’UE, notamment aussi grâce à l’afflux de personnes qualifiées.

Le Brexit et le bilatéralisme

Nos deux pays ont des places financières de réputation internationale classées parmi les meilleures au monde. Nos échanges dans le secteur financier sont équilibrés, tant pour les services que les investissements. En raison du Brexit, un accord est essentiel pour garantir le cadre légal en dehors du droit communautaire, qui ne sera plus valable. La continuité des transactions, tout comme la protection de contreparties, doit être préservée.

La Suisse n’est pas isolée du monde et notre indépendance est un aspect essentiel de l’appétence pour notre pays, qui sait s’adapter raisonnablement à la pratique internationale en maintenant un modèle économique et social adapté à sa dimension. La voie bilatérale doit être préservée et poursuivie dans nos relations avec l’Union européenne, sans reprise automatique du droit européen. Un tribunal arbitral reste la meilleure solution en lien avec un accord-cadre institutionnel, s’il devait être ratifié.

Les Britanniques pourraient suivre l’exemple de la Suisse avec persévérance et les Européens démontrer leurs principes de liberté. Pour la Suisse, je souhaite vivement que notre gouvernement et nos administrations puissent mettre en place dans les meilleurs délais le cadre nécessaire à nos échanges.


A Lire:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)