Le peuple suisse a fini par approuver l’initiative «Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage» à une majorité de 51,2%. Ce score dépasse largement l’audience du Comité d’Egerkingen et de l’UDC, qui ces derniers mois atteint environ 25%. C’est dire que les initiants ne peuvent revendiquer la victoire à eux seuls. Les comités citoyens, par exemple A visage découvert en Suisse romande – où tous les cantons disent oui sauf Genève –, qui se sont clairement distanciés du groupe des initiants aux accents xénophobes, y ont largement contribué. Les membres de ces comités, qui avaient toutes et tous voté contre l’initiative sur les minarets, ont estimé que l’initiative anti-burqa posait une vraie question sur le vivre-ensemble et refusaient d’y voir une stigmatisation de toute la communauté musulmane. Pour elles et eux, la burqa, ou plutôt le niqab que l’on voit dans notre pays, est d’abord un vêtement qui symbolise l’oppression de la femme et donc viole le principe de l’égalité ancré dans la Constitution.

Une campagne digne et respectueuse

Les adversaires de l’initiative doivent s’en vouloir. En fait, ils ne sont pas passés très loin de la victoire alors qu’ils n’y ont pas vraiment cru. A commencer par Karin Keller-Sutter, la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP). Placée dans une situation rarissime dans la mesure où elle était engagée sur deux fronts, la conseillère fédérale s’est davantage mobilisée sur l’identité électronique que sur la burqa, même si elle s’en défend.

Lire l’interview d’Etienne Piguet: «Ce n’est pas un vote de rejet des musulmans»

«L’acceptation de l’initiative ne changera pas le destin de la Suisse et du monde», avait-elle lâché en lançant sa campagne en faveur d’un contre-projet dont personne n’a compris la teneur. On ne peut que lui donner raison. Mais quoiqu’on pense de l’initiative, il faut se réjouir du fait que la campagne, contrairement à ce qui s’était produit lors du débat de 2009 sur les minarets, est restée digne et respectueuse alors qu’on craignait beaucoup qu’elle ne dérape. Mieux: plusieurs personnalités de la communauté musulmane, qu’elles soient pour ou contre l’initiative, y ont participé alors qu’elles s’étaient tues à l’époque. Elles ont ainsi montré qu’elles avaient la volonté de prendre la parole et de s’intégrer. Plus que le résultat, qui ne concerne qu’une trentaine de personnes, c’est cela le principal enseignement de cette campagne.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.