On le voyait venir depuis longtemps. D’aussi loin que je me souvienne, on savait que les logiciels politiques du XXe siècle finiraient par perdre en pertinence avec le temps. Et deviendraient un jour inopérants pour nommer, appréhender et finalement comprendre vraiment ce qui nous rassemble et ce qui nous divise.