Bip - sur mon PDA: Meeting urgent NYC – 12 mars

Je me connecte sur mon portail mobile de voyage et achète ce voyage avec mon ID mobile. Mon profil Facebook et LinkedIn se mettent à jour automatiquement et j’ai accès à la liste de mes amis présents à New York en même temps que moi.

11 mars, à l’aéroport de Genève. Je scanne l’écran de mon PDA avec mon boarding pass à l’entrée du parking. ♫ Bip: «votre place de parking la plus proche de votre zone d’embarquement est au 4e étage, no 230» (image: plan du parking et accès ascenseurs)♫ Bip: «temps estimé du check-in au gate 3C: 14 mn» (image avec ma géo-localisation sur le plan de l’aéroport, et le trajet pour la porte d’embarquement)Au self-dépôt bagage, je scanne mon portable et dépose ma valise.Je passe un scan biométrique pour la sécurité (en gardant mes chaussures et avec une bouteille de vin en bagage à main… Oui, on va bientôt pouvoir faire la différence entre un liquide explosif et un Margaux 1985). Je passe devant le Duty Free:♫ Bip: Votre parfum Kenzo est en promotion -20%. Cliquez ici pour une livraison à l’accès de l’appareil». Super. Clic. Acheté. Je scanne mon boarding pass sur mon portable. Mes points «frequent flyer» sont affichés automatiquement. Me voila installée. Tiens, voyons si j’ai quelques «amis» dans l’avion. Je me connecte sur mon réseau social et vois qu’un de mes anciens collègues est dans l’avion. Un petit message : ♪ bip: suis siège 7B.Humm. Il y a aussi un de mes concurrents dans cet avion…Voyage agréable. Je discute avec mon collègue, traite quelques 300 emails, passe quelques coups de fil en veillant à être discrète (où est assis mon concurrent?) et je regarde le dernier Almodovar en avant première. J’adore.On débarque. ♫ Bip: «voulez-vous suivre le déchargement de votre valise en temps réel?» OK (je ne veux pas attendre pour rien. Il n’y a qu’un peu plus d’1% des bagages qui sont perdus, mais quand c’est le sien c’est vraiment pénible…) ♫ Bip: «Temps estimé pour le passage de la douane: 15 mn. Voulez-vous réserver un taxi pour votre hôtel, temps estimé jusqu’à votre hôtel 1h15 mn, $90, ou acheter un ticket de métro, temps estimé 45 mn, 2 changements, $12.

C’est déjà presque la réalité… 85% des passagers ont un téléphone portable. Facebook affirme avoir aujourd’hui 150 millions d’utilisateurs sur leur mobile.

70%* des compagnies aériennes prévoient de vendre des billets sur portable dans les 3 ans.

Le groupe Laferty dans un rapport de 2010 prédit que d’ici 2020, il n’y aura plus de cartes de crédit, et que les paiements se feront via smartphone.2.4%* des passagers utilisent déjà leur portable pour le check-in, 12.4% d’ici 2013, mais 80% des compagnies aériennes offriront ce service. 59%* des compagnies aériennes prévoient d’introduire IP Broadband connectivité d’ici 3 ans. 46% prévoit de fournir la possibilité de traquer le statut de son bagage sur un portable.Et de nombreuses autres initiatives sont en développement.

Les passagers souhaitent un meilleur service, réduire au maximum les temps d’attente et de transfert. Les compagnies aériennes et les aéroports peuvent offrir un service customisé, anticiper les risques d’attente, tout en améliorant leur productivité, augmenter leur revenu avec de nouveaux services. L’information contextuelle, en temps réel, à portée de la main, c’est pour demain.

Mais quid de nos libertés? Moi, passagère digitale, j’aurai traversé l’Atlantique tout en restant connectée, j’aurai rencontré un ancien collègue, jamais fait la queue, acheté mon parfum en promo, pris le métro pour arriver à l’heure à mon rendez-vous, mais mes faits et gestes à chaque minute de mon voyage auront été aussi suivis et partagés. Alors, efficacité ou liberté? Finalement, je vais éteindre mon portable! ♫♪

* SITA New Frontier Paper – 5 ways your smart phone will change air travel

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.