Entre le covid qui refuse de céder du terrain, les torrents new-yorkais et les flammes grecques, le séisme à Haïti et le rapport du GIEC, la menace talibane et les bombes islamiques… comme l’impression, en cette rentrée, que le monde vient de passer un sale quart d’heure. Un été meurtrier, sans le glamour d’Isabelle Adjani. Manquerait plus que le ciel nous tombe sur la tête – rare bonne nouvelle du mois d'août, les scientifiques ont conclu que l’astéroïde Bennu, le plus dangereux de notre système solaire, n’avait que 0,037% de chances de fracasser la planète en 2182. C’est déjà ça.