L’acharnement politique en Suisse à vouloir, une fois pour toutes, se défaire d’un accord institutionnel avec l’UE est non seulement consternant mais surtout alarmant. Cette aversion à l’égard d’une relation mieux structurée est un amalgame d’opinions éthérées et d’analyses politico-institutionnelles d’outre-tombe. Le sentiment à Bruxelles est que la Suisse se prépare à brûler lentement ce qu’elle n’a jamais adoré. Certes, rien n’a officiellement filtré puisque tant la Suisse que l’UE se refusent à divulguer quoi que ce soit. Cependant, il est prévisible que les contacts exploratoires avec la Commission européenne se termineront cette semaine, avec la visite attendue de la secrétaire d’Etat Livia Leu ce mercredi. Suite à quoi, la Suisse dressera un bilan et arrêtera peut-être une marche à suivre.

Relire: Livia Leu relance à Bruxelles les discussions sur l’accord-cadre (janvier 2021)