Il y a quelques jours, sur une belle terrasse du bout du lac, un représentant de la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) m’a informé de la situation dans son pays. Il pense en effet que les médias occidentaux déforment la réalité. J’ai répondu que cela faisait plus de vingt ans que j’avais sollicité pour la première fois un visa pour Pyongyang et qu’à ce jour je n’avais jamais eu de réponse positive. J’ai ajouté qu’à présent les informations sur son pays provenaient essentiellement de médias russes et chinois. Pas d’Occident. Cette mise au point une fois faite, voici ce qu’il m’a appris.

La santé prime sur tout

En cette fin septembre, près de neuf mois après l’émergence du SARS-CoV-2 en Chine, la Corée du Nord voisine n’a enregistré aucun mort du covid. En fait, elle n’a même enregistré aucun cas de personne ayant contracté le virus. C’est unique au monde. «A part peut-être une ou deux petites îles du Pacifique, nous sommes le seul pays sans covid», a-t-il dit. Le sait-on ici? Comment diable est-ce possible? ai-je renchéri. «Dès les premières indications chinoises sur un nouveau virus mi-janvier, nous avons fermé toutes les frontières, supprimé tous les vols, coupé tout contact avec des individus extérieurs. Seules les marchandises passent la frontière après un strict contrôle sanitaire.» Un mois plus tard, le port du masque a été rendu obligatoire dans les lieux publics. Et en juin, «notre dirigeant Kim Jong-un» a déclaré que «la santé primait sur l’économie, qu’elle primait sur tout».