Diviser permet souvent de régner en maître. Ce leitmotiv, Emmanuel Macron l’applique à la lettre depuis son accession à l’Elysée vis-à-vis d’une droite incapable de se trouver un chef et de s’entendre sur un programme. Après avoir fait exploser le Parti socialiste, le président français poursuit son travail de sape de ce côté de l’échiquier politique, en envoyant au «front» des personnalités capables de parler à l’électorat conservateur.

Jean-Paul Delevoye, son haut-commissaire aux Retraites, est un de ces «barons» de la droite modérée qui, fort de son carnet d’adresses rempli d’élus locaux, joue les débaucheurs en chef. Thierry Breton, PDG du groupe Atos et ministre des Finances sous Jacques Chirac, sera à Bruxelles – s’il est confirmé comme commissaire au Marché intérieur par le Parlement européen – un interlocuteur connecté aux grands patrons de l’Hexagone. Ajoutez à cela les excellentes relations entre le jeune chef de l’Etat et son prédécesseur Nicolas Sarkozy, et l’offensive semble assurée de se poursuivre, après le succès aux élections européennes de la liste Renaissance face à celle des Républicains, tombée au plus bas.

Lire l'article lié: Emmanuel Macron, cap sur 2022

Croire que cette stratégie suffira pour la seconde moitié du quinquennat, alors qu’approche le premier anniversaire du début de la mobilisation des «gilets jaunes», serait toutefois une regrettable erreur. D’abord parce que les concessions budgétaires n’ont pas apaisé les colères sociales à l’origine de ce mouvement spontané de rébellion contre les métropoles et les élites. Ensuite, parce que l’autre calcul d’Emmanuel Macron perce derrière cette implosion de la droite: il s’agit, pour ce dernier, de privilégier le face-à-face ultime avec Marine Le Pen, qu’il pense – assez justement – être assuré de remporter lors de la présidentielle de 2022. Avec pour conséquence une volonté de ne pas laisser à cette dernière ses thèmes de prédilection pour les municipales de mars 2020: immigration, identité, islam.

Or, s’il persiste dans son intention de camper dans le jardin de la droite, Macron va immanquablement finir par s’y installer, oublieux de ses promesses plus sociales. Ce qui serait dommageable pour son pays et pour sa modernisation annoncée en 2017. Au pays des «gilets jaunes», diviser un camp ne suffit pas. Expliquer le besoin d’autorité à une nation fracturée, relégitimer la puissance de l’Etat, défendre les aides sociales à condition de les rendre plus performantes, continuer de doper l’attractivité pour les investisseurs et épauler les Français dans leur transition énergétique et leur reconversion écologique sont des priorités qui exigent de se distancier des conservatismes de tout bord. S’il se transforme en tacticien à l’ancienne, Emmanuel Macron ne transformera jamais la France.