Nombre de pays musulmans entrent ce mardi dans la période du ramadan, assombri pour la deuxième année consécutive par la pandémie, qui vient d’ailleurs de franchir la barre du million de morts en Europe, selon un comptage réalisé lundi par l’Agence France-Presse (AFP). Le mois saint de la religion musulmane se déroule donc entre restrictions sanitaires et craintes de nouvelles contaminations, notamment lors des traditionnels repas festifs à la fin des journées de jeûne.

Car le jeûne est un des cinq piliers de l’islam et sa manifestation la plus «visible» et la plus connue: durant ce mois, du 13 avril au 12 mai, les musulmans doivent notamment s’abstenir de manger et de boire du lever au coucher du soleil. Ce, dans les nombreux pays du monde où l’islam est majoritaire, mais également au sein des tout aussi nombreuses communautés musulmanes établies sur l’entier de la planète, comme au Canada, par exemple, où le premier ministre Justin Trudeau vient de leur souhaiter «paix et bonheur».