Le désarroi rime avec l’effroi. Poète et résistant, René Char (1907-1988) a ciselé une œuvre d’espoir contre le désarroi moral et politique: «A chaque effondrement des preuves, le poète répond par une salve d’avenir.» (Seuls demeurent, 1938-1944). L’engagement juste et la création vivante endiguent les incertitudes du désarroi. Sous la République de Weimar, l’écrivain-philosophe Walter Benjamin (1892-1940) pointait la montée du Léviathan autoritaire quand la peur et le désarroi suivent l’incertitude politique dans la faille démocratique avant la catastrophe totalitaire.

Lire aussi: Antoine Volodine: «Il faut continuer à marcher, même si la marche ne conduit plus à rien»