Il pense le jeu en termes d’espace et de temps. Pour lui, le football est un désir d’espace/temps. Diable! Dans un climat ambiant si veule en matière d’abstraction théorique, l’oukase de Xavi Hernandez ne manque pas de faire son petit effet. Même auprès des béotiens, lesquels, pour une fois, s’arrêtent sur la proposition, la reconsidèrent mentalement puis, favorablement, s’en étonnent; les professionnels de la profession, pour leur part, acquiescent d’un air entendu, mais restent sur leur quant-à-soi. Ils ont peut-être peur qu’en brodant trop sur le sujet un vertige d’incertitudes ne les prenne; les intellectuels, enfin, si prompts qu’on les trouve toujours à ennoblir des pratiques sportives qu’ils ne pratiquent pas, s’en repaissent.