Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Rassemblement étudiants contre la Loi Travail de la ministre Myriam El Khomri sur la place de la République à Paris.

Sur les réseaux

Périscope, relais de la mobilisation citoyenne

L'application mobile qui permet de filmer et de diffuser des vidéos en temps réel est devenu le nouveau support de la contestation contre la Loi Travail en France

Vivre le moment en temps réel, peu importe où l’on se trouve. Périscope, l’application mobile qui permet de filmer et de diffuser à grande échelle des vidéos live, ouvre un nouveau champ des possibles. Longtemps cantonné à la sphère privée, le réseau social qui compte plus de 10 millions d’utilisateurs investit aujourd’hui l’espace public. En particulier depuis les manifestations contre la #LoiTravail en France où il s’est converti en relais de la contestation de rue, à travers le hashtag #NuitDebout notamment. Dimanche dernier, ils étaient entre 1000 et 2000 militants rassemblés sur la Place de la République pour une assemblée générale. En ligne, plus de 80’000 personnes ont visionné les 4 heures de vidéos postées sur Périscope par les internautes. Un «usage militant» - citation Magali Philip, de la RTS - qui prend de l’ampleur.

Lire aussi: La loi travail empoisonne le climat social

                «Nuit debout», le Occupy des parisiens

Jusqu’ici, l’application, rachetée par Twitter en mars 2015, s’était surtout fait connaître pour ses dérapages embarrassants. Celui du footballeur du PSG Serge Aurier qualifiant ouvertement son entraîneur de «fiotte» ou encore celui de ces deux employés de l’opérateur SFR réduisant en miettes le téléphone d’une cliente. Un #badbuzz qui avait suscité l’indignation de la Toile. Le 18 mars dernier, un passant avait filmé l’arrestation du terroriste présumé Salah Abdeslam dans les rues de Molenbeek, court-circuitant ainsi la communication institutionnelle. Reprises par les médias – la Dernière Heure notamment – les images avaient été visionnées par les internautes avant même la confirmation officielle des autorités.

Remy Buisine: un «intermédiaire impartial»

À Paris, Remy Buisine, community manager de 25 ans, incarne le nouveau souffle du mouvement citoyen sur les réseaux sociaux – devenus lieu d’une mobilisation parallèle. Depuis une semaine, son smartphone aux 14’000 abonnés capture chaque instant. Rassemblements lycéens, manifestations ou encore assemblées: il filme et commente ce qu’il voit, répond aux questions des usagers qui réagissent en direct. Il peut s’agir de «filmer l’ambiance sur place, les feux de camp et les fanfares», mais aussi de «montrer comment ces personnes sans leader politique se sont organisées en si peu de temps sur une place qui n’était pas disposée à accueillir des gens», explique Remy Buisine au quotidien Libération. Le jeune homme qui ne se dit «pas militant, ni même politisé», se veut un «intermédiaire impartial» pour que chacun puisse comprendre ce qui se passe. Commentées, partagées, ses vidéos ont été abondamment visionnées avec un pic d’audience record dimanche soir.

Un autre terrain de mobilisation

Le cas de Périscope démontre le poids croissant des réseaux sociaux au sein des mouvements citoyens. À travers les contenus visuels – photos ou vidéos – les internautes suivent le déroulement des événements, le soutiennent à distance. À travers les hashtags, ils s’organisent, lancent des actions, des slogans, mais aussi des pétitions comme celle contre la loi El Khomri qui avait dépassé le million de signatures sur la plateforme Change.org. Sur Twitter, beaucoup saluent l’arrivée des vidéos live, plus exhaustives, pour pallier «l’absence des médias» traditionnels. «Merci pour ton travail Remy, je peux suivre depuis Grenoble ce qu’il se passe, aucun média n’en parle», tweete un jeune homme.

Consciente du potentiel des réseaux, la secrétaire d’Etat au numérique française, Axelle Lemaire, a récemment déclaré à l’antenne de Sud Radio: «Nous n’avons peut-être pas assez écouté la mobilisation numérique. Aujourd’hui, les manifs sont quasiment virtuelles». Pour un journaliste de TFI, Périscope «reconstitue l’agora où la parole se libère». En temps réel.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)