Incidences

Les perspectives mondiales s’assombrissent

Les choix, souvent incohérents, opérés par le président des Etats-Unis profitent à la Chine et mettent à mal le système d’alliances sur lequel reposait l’ordre international depuis 70 ans, écrit notre chroniqueur François Nordmann

Le week-end dernier, Henry Kissinger donnait libre cours au pessimisme que lui inspire la situation mondiale, marquée par des tensions persistantes. L’Institut international d’études stratégiques de Londres, le Centre de stratégie de Washington font écho à ces préoccupations: le système d’alliances et de partenariats sur lequel repose l’ordre international depuis 70 ans est en train de se fracturer, sous l’effet de pressions internes et externes.

La crise la plus dangereuse à l’heure actuelle est due à l’armement nucléaire et aux fusées balistiques intercontinentales testées par la Corée du Nord en dépit des avertissements de Washington, des critiques de Pékin et des sanctions de l’ONU. 

La Fédération de Russie consolide ses positions au Moyen-Orient, où elle est devenue un acteur majeur du fait de ses opérations militaires en Syrie. Elle ne se prête guère à une solution en Ukraine et elle cherche à déstabiliser les démocraties occidentales par des interventions cybernétiques, des campagnes de désinformation et des actions militaires à ses frontières.

Retrait américain, avancée chinoise

L’incohérence de l’imprévisible président des Etats-Unis affaiblit la sécurité des alliés européens et asiatiques de Washington, mine le libre-échange (retrait du projet de traité de Partenariat transpacifique, abandon du traité transatlantique) et nuit aux institutions multilatérales (ONU, OMC, OTAN). Le président Trump se montre indifférent aux valeurs fondamentales qui ont façonné le monde de l’après-guerre telles que l’Etat de droit, la démocratie, les droits de l’homme, l’ouverture des marchés. Il n’hésite pas à frayer avec des régimes autoritaires (Egypte, Turquie, Thaïlande, Philippines) sans jamais évoquer leurs pratiques antidémocratiques.

En accélérant le retrait américain, il favorise la montée en puissance de la Chine qui s’affirme de plus en plus sur la scène internationale, tout en se réarmant. Elle étend son influence en Afrique et en Amérique latine – continents délaissés par la politique américaine. A ses prétentions sur les eaux et les récifs des mers de Chine s’ajoute la poursuite d’intérêts stratégiques, politiques et économiques à travers «l’Initiative de la Route et de la Ceinture de la soie».

L’ambition de remodeler physiquement l’Asie centrale s’appuie sur une alliance de fait avec la Russie et le Pakistan, à laquelle correspond un rapprochement significatif des Etats-Unis de l’Inde et du Japon. En Afghanistan l’engagement civil et militaire des Etats-Unis n’est pas de nature à changer le cours de la guerre contre les talibans.

Impacts au Proche-Orient

Au Proche-Orient, l’Iran est le vainqueur de la guerre de Syrie grâce notamment à l’intervention russe tandis que toutes sortes de mouvements participent aux côtés des grandes puissances à la lutte contre ISIS. Téhéran s’est ouvert une voie royale du Golfe à la Méditerranée en reliant les zones chiites de l’Irak au Liban, renforçant ainsi ses alliés du Hezbollah libanais.

De plus l’Iran tire parti de sa rivalité avec l’Arabie saoudite, empêtrée au Yémen et qui s’est infligé un autogoal au Qatar, lequel a su se jouer du blocus imposé par ses voisins. Si le président américain se déliait de l’accord nucléaire avec l’Iran, Téhéran relancerait à terme son programme nucléaire, augmentant les risques de guerre dans la région.

L’Europe en repli

L’Europe a le sentiment de s’être renforcée: la croissance a repris, le danger populiste a été écarté pour le moment. Mais dompté en France et aux Pays-Bas, le voilà qui surgit en Allemagne, ce qui ne manquera pas de tempérer les projets portés par le président Macron. Il se pose en champion d’un renouveau européen mais il est loin d’avoir assis son leadership sur des réalisations concrètes.

En fait l’Europe reste largement tournée sur elle-même, sur la défensive en raison du repli nationaliste des Etats-Unis et de la guerre de l’information que mène principalement la Russie. Elle est aussi exposée aux grandes tendances mondiales: prolifération nucléaire, expansion chinoise et terrorisme islamiste radical.

Publicité