D’ordinaire, les journalistes ne se portent jamais mieux que quand tout va mal. Comme celle des croque-morts, des carrossiers, des prêteurs sur gage ou des psychiatres, l’activité des journalistes est contracyclique. Les ténèbres sont notre terrain de jeu et notre terre nourricière.