Trois ans après le terrible duel entre Donald Trump et Hillary Clinton, la démocratie américaine est minée par l’esprit partisan. Dans l’ère Trump et après, les Américains doivent «changer Washington» en s’inspirant de celui qui donna son nom à la capitale, leur seul président élu sans étiquette. Dans sa lettre d’adieu en 1796, George Washington appelait son peuple à la «vigilance» face aux «dangers des partis» pour l’honnêteté du débat public et l’unité de la nation. Il est «de l’intérêt et du devoir d’un peuple sage de décourager et contenir l’esprit de parti», écrivait le premier président des Etats-Unis.

Lire aussi:Les Etats-Unis, une démocratie «imparfaite»