Le deuxième lundi d’octobre est depuis 1934 un jour férié aux Etats-Unis, qui commémorent ce jour l’arrivée de Christophe Colomb dans le Nouveau-Monde en 1492. Mais année après année, tout change. Ainsi, cette scène racontée dans le Chicago Sun. «Vous pouvez retirer notre statue mais vous ne détruirez jamais notre foi ou notre esprit!» Plusieurs centaines d’Italo-Américains s’étaient réunis ce lundi au parc Arrigo de Chicago, où une statue de Christophe Colomb a été temporairement retirée cet été, dans le cadre de heurts violents entre policiers et manifestants – ces derniers estimant que Christophe Colomb est un symbole de la suprématie blanche. Les manifestants d’hier avaient à la place apporté un mannequin en habits du XVe siècle. «Soyez une femme de parole, maire Lightfoot [Lenni Lightfoot est la première femme noire maire de Chicago], rendez-nous nos statues!» supplie une participante. «Apprenez l’histoire!» crie un autre. «Nous sommes attaqués, clame l’organisateur. Ces cinglés de gauchos s’en prennent à tout ce que nous défendons!»

Mais le Chicago Sun revient aussi sur d’autres représentants de la communauté italo-américaine qui, eux, ne se reconnaissent pas dans Christophe Colomb. La société historique de Chicago a ainsi décerné pour la première fois des médailles Garibaldi à trois membres des Socialistes démocrates d’Amérique, des Italo-Américains qui, contre leurs électeurs, estiment que Colomb ne mérite pas d’être honoré, étant devenu «un symbole de l’oppression et de l’injustice raciale».