L’affaire n’est pas seulement sulfureuse parce qu’elle concerne Playboy. Elle l’est aussi par l’impact qu’elle pourra avoir sur d’autres décisions de justice, voire, même sur l’industrie des moteurs de recherche.

La semaine passée, un avocat général de la Cour européenne de justice, Melchior Wathelet, a publié un avis étonnant concernant une affaire de droit d’auteurs. Il se prononçait sur une affaire concernant des photos volées à Playboy, en 2011, et qui s’étaient retrouvées sur l’hébergeur de fichiers torrent FileFactory. Après avoir saisi la justice, Playboy avait obtenu que les photos soient retirées de ce site. Mais le blog néerlandais GeenStijl était parvenu à trouver un autre site hébergeant ces photos et avait publié un lien permettant d’y accéder. Playboy s’était du coup attaqué à l’éditeur de ce blog.

Selon Melchior Wathelet, il n’y a pas de raison de poursuivre le blog: «L’intervention du propriétaire d’un site renvoyant à un hyperlien, dans le cas présent GeenStijl Media, n’est pas nécessaire pour que les photos en question soient rendues accessibles aux internautes», estime-t-il. La Cour a de fortes chances de suivre son avis. Voilà qui intéressera de très près Google, qui pourrait ainsi indexer certains sites louches sans crainte de poursuites ultérieurement.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.