La publication du premier baromètre électoral, a une année des élections fédérales de 2015, a ouvert les vannes aux grandes manœuvres et déclarations des dirigeants politiques. Alors que le PDC et le PBD annonce vouloir créer un groupe parlementaire commun et même lancer une journée de rassemblement pour leurs sympathisants, le président du PLR, Philipp Müller, annonce de son côté que son parti ne soutiendra pas une réélection de la ministre des Finances Eveline Widmer-Schlumpf.

Interrogé par Blick am Sonntag, le président du PLR, Philipp Müller, réaffirme que « la formule magique doit être rétablie ». Selon lui, il faut montrer clairement « que les trois plus grands partis ont droit à chacun deux sièges au Conseil fédéral ». Dès lors, «cette fois encore nous n’allons pas réélire Eveline Widmer-Schlumpf, même si aujourd’hui il n’y a pas de majorité au parlement pour empêcher sa réélection ».

La NZZ am Sonntag a mis la main sur un document interne au PDC et au PBD qui planifie le rapprochement entre les deux partis. Il s’agit d’un projet élaboré dans un groupe de travail auquel participaient les deux présidents, Christophe Darbellay et Martin Landolt. Le document a été envoyé pour consultation aux sections cantonales du PBD.

Le regroupement des deux partis en un seul groupe parlementaire permettrait de mieux légitimer la réélection d’Eveline Widmer-Schlumpf au titre de deuxième conseillère fédérale du « groupe Union » ainsi créé. La réunion des deux partis en un seul groupe permettrait en effet mathématiquement de dépasser le PLR. Le document va plus loin en évoquant une base programmatique commune qui pourrit être discutée par la base.

Par ailleurs, Sonntags Zeitung révèle qu’UBS, menacée en France d’une amende de 6 milliards d’Euro, aurait livré secrètement à la France les dossiers de quelque 300 clients, en se basant sur un accord de double imposition signé entre la France et la Suisse autorisant les recherches groupées.

Enfin, la NZZ am Sonntag révèle que la Confédération paie chaque année quelque 850 millions de francs à des experts extérieurs. Principal département concerné, celui de la Défense, de la protection de la population et des sports, avec 282 millions. Ainsi, un ancien cadre de la Poste, Christof Schregenberger, aurait reçu quelque 445 000 fr. d’honoraires pour ses acticités et conseils au secrétariat général du DDPS.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.