«Nous évoluons plus vite dans nos têtes que dans nos tripes. La seule supériorité peut-être des femmes – supériorité de situation, pas de nature –, c’est de mieux faire la synthèse entre la tête et les tripes. L’idée de la dualité de l’âme et du corps ne pouvait germer que dans un cerveau masculin.» Traduit en anglais, ça donne: «Gender and sexuality with a mordant humour», ajoute aujourd’hui le Guardian. A l’heure de #MeToo, les propos décapants lâchés en interview par feu Claire Bretécher – que la Süddeutsche Zeitung qualifie de «Pionierin» – dans le Journal de Genève du 31 décembre 1976 disent bien, comme elle l’avait déjà affirmé dans la Feuille d’avis de Lausanne quatre ans plus tôt, que «les opinions féministes les plus folles» la ravissaient, mais qu’il lui «ravissait encore plus qu’on ose en rire».


A lire aussi:


Et tout est alors dit, ou presque, sur le cerveau de ce génie commandant le crayon et son «trait noir au laser», sa «langue aussi colorée que ses planches», ses «personnages plus vrais que la vie et, surtout, [sur] l’humour, cette arme absolue, le véritable humour, qui consiste à se moquer de soi-même autant que des autres», comme l’écrit Libération. Emu par la disparition de celle qui inventa Cellulite, Agrippine ou ces Frustrés qui «ont traversé le temps, personnages d’il y a vingt ou trente ans plus contemporains que tant de nouveaux venus».