Etats-Unis

A Porto Rico, la visite de Donald Trump vire au fiasco

Le président américain s’est rendu mardi sur l’île des Caraïbes, près de deux semaines après le passage de l’ouragan Maria. Un déplacement surréaliste

Il était sous le feu des critiques. Près de deux semaines après le passage de l’ouragan Maria, Donald Trump s’est rendu mardi à Porto Rico. Son administration était accusée de considérer les habitants de l’île, territoire mais pas Etat américain, comme des citoyens de seconde zone. La visite du président n’a pas vraiment réconforté la population locale. Au contraire. Sur place, il a accumulé les images embarrassantes et les paroles déplacées.

«Cela me désole de le dire, mais Porto Rico nous a fait sortir des rails sur le plan budgétaire», a-t-il déclaré à son arrivée sur l’île.

Une petite phrase qui sonne comme un reproche, alors que la population se trouve en grande difficulté. De nombreux habitants vivent toujours sans électricité, sans accès à l’eau potable ni au carburant, et parfois sans toit. Sans compter la polémique sur la lenteur des secours. «Rarement un chef d’Etat aura été aussi maladroit», souligne un internaute sur Twitter. Et ce n’est pas la seule maladresse de son déplacement.

«La classe»

Alors que l’île est dévastée, Donald Trump a minimisé le bilan de la catastrophe lors d’une rencontre avec les responsables de la gestion de crise. «Chaque mort est une horreur, mais si vous regardez une vraie catastrophe comme Katrina et vous regardez les centaines et centaines de personnes qui sont mortes et ce qui s’est passé ici…», a-t-il déclaré.

En 2005, l’ouragan Katrina avait fait plus de 1800 morts dans la région de La Nouvelle-Orléans. A Porto Rico, le bilan provisoire est désormais de 34 morts. La comparaison choque les réseaux sociaux. «La classe», réagit sur Twitter Anne Corpet, correspondante de Radio France Internationale à Washington.

Vêtu d’une parka sombre et d’une chemise blanche, le président américain a rencontré les sinistrés. Accompagné de la première dame Melania Trump, il a parcouru les rues de la petite ville de Guaynabo, au sud de la capitale San Juan. Une visite qui a, elle aussi, tourné au fiasco. Alors qu’il serrait des mains et posait pour des photos, Donald Trump a entamé une discussion surréaliste avec un habitant. Devant les caméras de télévision, l’anonyme raconte que sa maison a résisté à l’ouragan. «Et en attendant, vous êtes toujours là», lui répond le milliardaire. Avant d’ajouter: «Nous allons vous aider. Amusez-vous bien.» Une remarque déplacée, et relevée par un grand nombre d’internautes stupéfaits. «Cet homme est un désastre», «il doit le faire exprès», peut-on lire sur Twitter.

Lancer d’essuie-tout

Une autre scène suscite également l’indignation. On voit Donald Trump participer à une distribution de riz et de papiers essuie-tout à des habitants réunis dans une église. Sauf qu’il ne se contente pas de donner les rouleaux, il les lance au-dessus de la foule à la manière d’un joueur de basketball. Les images tournent en boucle sur les réseaux sociaux. «Il faut rester estomaqué, choqué, incrédule. Ne pas s’habituer à Donald Trump», prévient une internaute sur Twitter.

Loin de regretter cet épisode, la Maison-Blanche a transmis un document aux journalistes avec ce résumé étonnant: «Puis, dans sa meilleure imitation de Stephen Curry, Trump a levé les bras et lancé en douceur de l’essuie-tout à la foule, qui a adoré ça.»

Sa visite ne risque pas d’apaiser les tensions entre Porto Rico et Washington. Dans la matinée, une dizaine de manifestants anti-Trump s’était d’ailleurs rassemblée devant le quartier général des autorités portoricaines. «Il vient pour un show médiatique, pour du spectacle. Il vient deux semaines après», a indiqué à l’AFP Sonia Santiago, retraitée de 62 ans.

Après avoir passé quelques heures sur l’île, le président est remonté à bord d'Air Force One. Prochaine étape: Las Vegas. Un nouveau test pour Donald Trump après la fusillade qui a ensanglanté cette ville du Nevada.

Publicité