C'est «une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion réelle ou potentielle ou décrite en de tels termes» (définition de l'Association internationale pour l'étude de la douleur).

• Comment est-elle perçue?

Le message douloureux est généré par des récepteurs à la douleur puis transmis par des circuits nerveux.

Il est alors acheminé au cerveau, notamment dans les centres nerveux associés aux émotions. De nombreux mécanismes modulent – c'est-à-dire augmentent ou diminuent – la transmission du message douloureux dans le système nerveux.

Ces modulateurs de la douleur peuvent être des médicaments, mais également les émotions, la concentration sur d'autres stimulations sensorielles, l'attention ou la distraction, etc.

• Les douleurs ciblées

Les douleurs sont souvent liées

à une lésion identifiable du corps (par exemple une rage de dents). C'est le cas de la plupart des douleurs aiguës dont chacun

a l'expérience (lors d'une piqûre ou d'une blessure par exemple).

C'est également le cas lors de douleurs chroniques liées à des lésions corporelles identifiables (arthrose, atteintes liées aux cancers). Dans ces situations, les traitements médicaux modernes, comme les corrections chirurgicales, la palette des médicaments antidouleur ou les stimulateurs implantés ont généralement une grande efficacité pour soulager la douleur.

• Les douleurs chroniques

Des douleurs chroniques peuvent également être ressenties en

ehors d'une lésion corporelle clairement définissable. Ces douleurs sont bien réelles et elles interfèrent souvent beaucoup avec la qualité de vie des patients concernés. Leurs origines sont complexes. Un lien avec la mémoire de la douleur est évoqué de même qu'un déséquilibre entre les circuits de transmission et d'inhibition du message douloureux dont l'origine n'est pas élucidée.

Les facteurs émotionnels et les vulnérabilités liées à l'histoire personnelle sont également impliqués ainsi que les modulateurs sociaux et professionnels.

Ces douleurs répondent souvent mal aux traitements médicamenteux habituels et justifient des prises en charge multidisciplinaires de longue durée.

• Comment la mesurer?

La douleur est une expérience subjective. Elle ne peut être mesurée qu'en tenant compte

de ce qu'en exprime la personne souffrante. Une méthode d'évaluation de la douleur reconnue consiste à proposer de coter la douleur ressentie sur une échelle visuelle allant de 0 (pas de douleur) à 10 (douleur maximum imaginable). L'efficacité des traitements est mesurée de la même manière.

Il existe aujourd'hui des méthodes permettant de mesurer ce qui est appelé le «seuil de la douleur». Une douleur expérimentale est induite par une électrode placée à la cheville. L'apparition d'un retrait réflexe du membre stimulé électriquement correspond au seuil de la douleur.

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.