Le rover Perseverance a donc atterri sur le sol martien après sept mois de voyage. Au-delà de l'exploit scientifique, c'est aussi une réussite éclatante pour la Nasa, qui l'escorte d'une immense opération de communication. Les Etats-Unis en avaient bien besoin après les années Trump et un redéploiement certain des missions spatiales dans le domaine privé, Elon Musk, SpaceX et autres.

Le président américain, Joe Biden, n'a d'ailleurs pas mâché ses mots, saluant un amarsissage «historique», preuve selon lui du «pouvoir de la science» et de «l'ingéniosité américaine». Il y fallait aussi un peu de spectacle, et Thomas Zurbuchen, administrateur associé pour la science à la Nasa, l'a souligné dans un geste mémorable lors de la conférence de presse: «Chaque fois que nous atterrissons, nous avons deux plans, un que nous voulons réaliser, et un deuxième qui est juste ici», a t-il dit en tenant dans ses mains plusieurs feuilles de papier qu'il a déchirées sous des applaudissements nourris: