Le premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, fait monter la pression. Pour lui, il y a maintenant une «forte possibilité» («a strong possibility») que les négociations avec l’Union européenne sur leur future relation commerciale échouent, à l’heure où Londres et Bruxelles intensifient leurs préparatifs. Au surlendemain de son dîner stérile, mercredi soir, avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen – l’objectif était de tenter de débloquer la situation –, le chef du gouvernement conservateur a réuni ses ministres, estimant que «l’accord qui est sur la table» n’était «vraiment pas bon pour le moment». Les deux parties se sont donné jusqu’à dimanche, dernier délai, pour trouver un terrain d’entente, précise le Guardian.

Lire aussi: tous les récents articles du «Temps» sur le Brexit