Visite d'état

Comment le président chinois fait de la diplomatie avec les Suisses sur Facebook

La page Facebook de Xin Jinping, Xi’s Visit, regorge d’amusantes trouvailles à l’usage des internautes hors de Chine. A l’occasion de sa venue en Suisse, on y trouve une foule d'«helvétitudes» de tous acabits

Dans un pays où les réseaux sociaux occidentaux sont systématiquement censurés pour la population, il n’est pas sans intérêt de constater que le président chinois, Xi Jinping, possède sa propre page Facebook, Xi’s Visit – créée à l’occasion de sa visite officielle aux Etats-Unis à l’automne 2015 – ainsi qu’un compte Twitter, @studycanus. La première est «likée» par quelque 2,65 millions d’internautes, mais le second ne compte que… 34 abonnés seulement. C’est tout de même 5 de plus que lundi.

A l’occasion de sa visite d’Etat, dimanche et lundi en Suisse, et de son passage ce mardi au Forum de Davos, on trouve donc par exemple sur la page FB du nouveau «grand timonier» des photographies comparatives de hot pots chinois et de caquelons remplis de fondue au fromage. Où l’on apprend – c’est original – que «la tournante» helvétique contient aussi des fruits et des légumes, que le community manager a probablement confondus avec de petits morceaux de bolets, de morilles ou de cornes d’abondance – l’enquête et en cours:

On y découvre aussi, au chapitre «people», des images du patron du WEF, Klaus Schwab, en majesté, et tout ce qu’on «devrait savoir» sur le grand raout alpin. Le doute n’est désormais plus permis: c’était bien lui, Xi, ce mardi, la star du jour. Ou les photos officielles de l’agence Keystone du couple présidentiel avec Doris Leuthard et son époux, prises à l’aéroport de Kloten, dans le train spécial affrété par les CFF pour Berne, au Palais fédéral ou lors du dîner de gala de dimanche soir. Toutes très utiles pour cultiver «l’amitié et la collaboration exemplaire entre nos deux pays»:

D’autres vidéos et photos fleurant bon l’authenticité complètent ce catalogue de clichés qu’escortent à n’en plus finir des drapeaux des deux nations. Avec cet art consommé du Talerschwingen – ça se prononce comment, en mandarin? –l’accompagnement du jodel en Appenzell et dans le Toggenbourg qui consiste à faire rouler une pièce de cinq francs dans un bol de faïence qui lui-même tourne lentement dans la paume de la main, par un léger mouvement du coude.

Exercice relayé par la chaîne de télé chinoise CGTN et considéré comme réussi par un président très applaudi. Avec, encore, la stupéfiante mise en parallèle de la Cité interdite de Pékin et de La Chaux-de-Fonds – «la cité des montres et horloges les plus chères et les plus exquises de Suisse» – ou de vues de sommets enneigés en Chine et dans les Alpes, dont certains sont d’ailleurs devenus des «sister mountains» officielles:

Le tout est à usage diplomatique et externe, donc, comme le fait aussi par exemple le président iranien, Hassan Rohani. Mais il y a là de quoi flatter les ego de part et d’autre, si l’on en croit les dithyrambiques reportages de la télévision chinoise également relayés ici, les micros-trottoirs «connaissez-vous la Suisse?» réalisés à Pékin ou ces spécialités helvétiques que bien peu de monde sur Terre connaît, comme les montres, le chocolat et les banques… Un vrai festival, à quoi l’on ajoutera les images du pont de bois de Lucerne et du château de Chillon, ainsi que ces «hello China!, say people in streets of Switzerland».

On attend ce mercredi les images de Lausanne et Genève avec impatience.


A propos de la visite de Xi Jinping

Publicité