Le moins que l’on puisse dire est que la presse et les médias, en Occident, ne sont pas très favorables au président Recep Tayyip Erdogan.