D’accord, il ne faut pas diaboliser ce diable d’homme qu’est Donald Trump. Il a été régulièrement élu président des Etats-Unis, ce n’est pas une mince affaire. Les électeurs vont bientôt se prononcer sur son bilan et son caractère. A-t-il tenu ses promesses envers les laissés-pour-compte qui lui ont apporté leurs suffrages en 2016? A eux d’en décider. Examinons plutôt l’impact de sa politique étrangère.

Lire notre interview: Joseph Nye: «Nous pouvons retenir notre souffle quatre ans, pas huit»