France

La presse internationale soulagée salue la première place d'Emmanuel Macron

Il y a les titres qui insistent sur la «gifle», la «révolution», la «dernière chance de la démocratie» que représente la victoire du candidat !». Et ceux qui prédisent déjà les difficultés qu’il aura forcément à gouverner. La presse internationale en est sûre, Emmanuel Macron sera le prochain président

La presse étrangère se réjouissait dimanche soir de la qualification d’Emmanuel Macron pour le second tour de la présidentielle française, certains journaux estimant néanmoins que la présence de la candidate d’extrême droite Marine Le Pen le 7 mai représentait «une menace».

Grande-Bretagne

Le Guardian (centre gauche) estime qu’Emmanuel Macron représente «le meilleur espoir d’un grand pays profondément troublé» mais juge que «la menace posée par l’extrême droite n’est pas éteinte».

Le Financial Times voit déjà dans le second tour du 7 mai le «couronnement» d'Emmanuel Macron. Le quotidien des milieux d’affaires prévient toutefois que le jeune centriste (39 ans) sera forcé de «négocier durement» pour mettre son programme en œuvre s’il est élu.

De son côté, le conservateur «Daily Mail» titre sur «Une nouvelle révolution française» en expliquant que la France faisait maintenant face à son propre référendum pour l’Union européenne tandis que le Times, quotidien de centre droit, évoque «une élite française humiliée par des marginaux en route vers la victoire» avec une photo d’une Marine Le Pen tout sourire. Le quotidien revient aussi longuement sur le côté people du futur couple présidentiel:

Allemagne

Le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung se montre réservé sur la qualification d’Emmanuel Macron dans un article intitulé «La France déchirée»: «Plus de 40% des Français ont voté pour des candidats à droite toute ou à gauche toute. La victoire de Macron est tellement étroite que, lors des deux présidentielles précédentes (2007 et 2012, ndlr), il ne serait pas arrivé au second tour».

Pour le magazine de centre-gauche Der Spiegel, le succès du candidat centriste est «une gifle retentissante pour l’establishment politique. Sa qualification au second tour a balayé, au moins provisoirement, des institutions politiques de longue date, les gaullistes-conservateurs Les Républicains, tout comme les socialistes au pouvoir (du président) François Hollande».

Belgique

Dans un éditorial publié sur son site, «La dernière chance de la démocratie française», Le Soir juge que les Français «ont fait leur révolution, balayant, à la Trump, les partis et les hommes politiques traditionnels, de gauche comme de droite, pour mettre face à face deux personnalités hors système».

Pologne

Gazeta Wyborcza (centre gauche) a salué la qualification d’Emmanuel Macron: «L’Union européenne devrait survivre au divorce tout juste entamé avec la Grande-Bretagne. Mais le + Frexit +, la sortie de la France de l’Union, aurait enterré le projet européen. Et c’est ce qu’avait annoncé Marine Le Pen, la cheffe du Front national.»

Etats-Unis

Pour le Wall Street Journal, les Français ont «redéfini la géographie politique du pays en plaçant l’Union européenne au centre de la nouvelle opposition politique». D’un côté, ajoute le quotidien économique et financier, «se tient Emmanuel Macron, un ancien banquier d’affaires qui veut renforcer l’intégration européenne. De l’autre, Marine Le Pen, ennemie jurée de l’UE et de sa monnaie unique».

Le New York Times, lui, parle d’un duel entre un «novice politique» et un «tison d’extrême droite», «deux outsiders avec des visions radicalement différentes pour le pays». Cette opposition «place la France sur un chemin incertain au moment critique où cette élection pourrait également décider de l’avenir de l’Union européenne». Le journal souligne dans une carte que les deux candidats correspondent à deux France, Marine Le Pen gagnant les régions à fort chômage et salaires peu élevés, et Emmanuel Macron s’imposant dans les régions dynamiques avec une population éduquée comme les grandes villes de Paris ou Bordeaux.

Chine

Dans un éditorial mis en ligne dans ses éditions anglaise et chinoise, le quotidien Global Times, proche du pouvoir, rappelle que «la plupart des observateurs français comme européens pensent que Macron l’emportera». Mais «ces mêmes experts courent manifestement le même risque de se tromper comme ce fut le cas avec le résultat de l’élection présidentielle américaine», explique le tabloïd. «Si Macron gagne, cela ne voudra pas dire que Le Pen aura travaillé pour rien: sa carrière politique peut subir des revers mais la force politique de l’extrême droite a grossi pendant sa campagne électorale. Si contre toute attente elle l’emporte en battant Macron, pour beaucoup d’Européens sa victoire sonnera le glas de l’Union européenne.»

Publicité