Digitale attitude

Les prestations sociales mirobolantes de la Silicon Valley

Les entreprises technologiques savent comment s’y prendre pour attirer et fidéliser les talents: avec un confort de travail et des assurances inégalables

Connues pour les avantages impressionnants accordés à leurs employés, au-delà des bonus et des stock-options, les entreprises technologiques rivalisent de générosité pour attirer les plus grands talents. Sur leur lieu de travail, les employés ont droit à des restaurants gastronomiques ou à des services de conciergerie et de nettoyage à sec. Ils peuvent s’inscrire à des séances de massage, de yoga, des cours de pilates ou s’entraîner dans les salles de gym.

Jusqu’à la cryogénisation

Mais encore? Des navettes gratuites avec wi-fi les véhiculent depuis leur domicile, et des dentistes et coiffeurs se déplacent sur les campus dans des camionnettes équipées pour offrir leurs prestations. Les salariés ont encore droit à des congés parentaux généreux et à une aide à l’adoption. Parfois, les avantages sociaux se prolongent même au-delà de la mort. C’est le cas chez Google, où 50% du salaire d’un employé défunt est versé à son conjoint pendant dix ans. Et chez Numerai, un hedge fund fondé par des scientifiques, la cryogénisation constitue un avantage proposé lors du recrutement.

Congélation d’ovocytes

Depuis que Facebook a annoncé en 2014 qu’elle allait subventionner, jusqu’à concurrence de 20 000 dollars, la procédure de congélation d’ovocytes – offrant ainsi aux femmes la possibilité de ne plus devoir choisir entre carrière et enfants – d’autres géants du Web ont rajouté cette prestation à leur panoplie, un courant qui s’est même répandu au-delà de la Silicon Valley. Selon un sondage mené par Mercer en 2016, environ 5% de toutes les entreprises américaines comptant 500 employés ou plus participent aux frais d’une telle procédure.

Lire aussi: Facebook offre la congélation d’ovocytes à ses employés et déclenche la polémique

Apple vient d’inaugurer son nouveau siège, baptisé Apple Park, à Cupertino, en Californie. Un bâtiment en forme de vaisseau spatial de 260 000 m², construit dans un parc de 70 hectares, parsemé de 9000 arbres, avec un bassin et un sentier pour la marche et un autre pour la course à pied. A l’intérieur des murs, qui peuvent abriter 13 000 salariés, une salle de fitness gigantesque, un Apple Store, un café ouvert au public et un auditoire pouvant accueillir les 1000 personnes qui assisteront aux futures keynotes. Mais, «one more thing», comme c’est le cas pour 93% des entreprises aux Etats-Unis, il manque quelque chose d’essentiel: une garderie d’enfants.

Lire aussi: Le projet à 5 milliards d’Apple progresse

Publicité