La pandémie causée par le Covid-19 a révélé au grand jour une réalité souvent occultée, celle de la surpopulation carcérale et ses corollaires: la promiscuité, le manque d’infrastructures médicales capables de prodiguer des soins adéquats, une proportion importante de personnes à la santé compromise. Tout concourt à faire des prisons et des pénitenciers des foyers de contamination pour les détenus comme pour le personnel, et finalement pour la société dans son ensemble. C’est vrai depuis longtemps pour la tuberculose, les hépatites, le sida.

C’est aussi le cas, maintenant, pour le Covid-19.