Le problème avec les écrivains, c’est qu’ils disent les choses et particulièrement ce que l’on ne veut pas ou plus entendre. Comme des arbres multiséculaires, les mots s’enracinent profondément dans l’histoire et tout se passe comme si le simple fait de les travailler remuait les strates temporelles.