La nature évolue. Les virus mutent. Beaucoup sont prêts à se transmettre à l’homme ou à des animaux. La question n’est pas de s’interroger s’il y aura une prochaine pandémie, mais quand. L’être humain a toutefois un avantage: il peut s’appuyer sur les leçons du passé et être mieux préparé. Nous avons tout un arsenal d’instruments à disposition. Indépendamment de la technologie et du savoir-faire, nous ne serons pas protégés si les Etats ne sont pas disposés à véritablement coopérer entre eux. Seule une combinaison d’approche bottom-up et top-down peut empêcher que les futures pandémies aient des conséquences catastrophiques.

Lire aussi: Alain Berset: «La santé et l’OMS ont été complètement sous-estimées»