Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le panneau du hameau valaisan Bonne Année, dimanche 31 décembre 2017. Photo d'illustration.

EDITORIAL

Les promesses d'une année teintée de rose

EDITORIAL. L’économie mondiale devrait bien se porter en 2018, bénéficiant de l’extraordinaire dynamique de 2017. Alors qu’on s’attendait au pire il y a douze mois

Cette année 2018 débute avec la croyance, chez les économistes, que grosso modo les choses devraient bien se passer sur le plan économique. La situation est à l’opposé de celle qui prévalait il y a douze mois, lorsque le sentiment dominant était que 2017 serait l’année de tous les dangers économiques.

Les pays européens continuaient à peiner. Donald Trump s’apprêtait à prendre les rênes de la première économie mondiale, avec un agenda protectionniste, pour ne pas dire foncièrement égoïste. Le monde paraissait tellement à l’envers que la Chine profitait du Forum de Davos pour se présenter comme le nouveau moteur de la mondialisation. Si loin des repères habituels, les raisons d’être fébrile ne manquaient pas.

Finalement, 2017 s’est révélée l’une des plus belles années de l’économie mondiale, avec une croissance soutenue et – fait plus rare encore – synchronisée entre les différentes parties du globe. Les indices boursiers ont connu une année solide, lorsqu’ils n’ont pas enchaîné les records comme aux Etats-Unis.

Une dynamique positive et des marchés immunisés 

On s’attendait à une série de retours en arrière. C’est au contraire une dynamique positive qui s’est mise en place et a gagné en puissance. La technologie prend une place de plus en plus importante et visible dans nos vies quotidiennes, renforçant l’idée qu’une nouvelle ère s’ouvre. Les quelques mauvaises nouvelles de 2017? Les marchés les ont royalement snobées, comme s’ils étaient immunisés.

Cela pourrait bien changer cette année. L’économie mondiale va encore profiter du formidable élan qui l’a animée en 2017, mais à un rythme moindre, estiment les experts que Le Temps a interrogés (pages 10 et 11). Le sentiment de toute-puissance économique risque de reculer. Chaque signe d’affaiblissement sera davantage scruté et, surtout, cette fois, on commencera à y croire.

Pour la Suisse, les perspectives sont positives car nos grands clients américains et européens se porteront bien. La bonne santé de la zone euro devrait alléger les pressions haussières sur le franc, comme cela a déjà été le cas durant la deuxième moitié de 2017. Les efforts consentis par les entreprises suisses, parfois dans la douleur, devraient continuer à porter leurs fruits.

Espérons que l'avenir nous donnera raison

Alors qu’est-ce qui pourrait mal tourner? De part et d’autre de l’Atlantique, les banques centrales devront sortir de leurs politiques monétaires hors norme. Elles vont diminuer leur soutien aux économies et aux marchés. Les taux d’intérêt vont remonter alors que les agents économiques sont lourdement endettés. De quoi peser sérieusement sur la croissance, d’autant plus que les réformes structurelles nécessaires depuis 2008 n’ont toujours pas été menées à bien.

Les grandes inconnues de début d’année étaient beaucoup plus nombreuses en 2017 et on est content d’avoir eu tort il y a un an, lorsqu’on voyait tout en noir. Espérons que, cette année, on ait raison de voir pas mal de rose un peu partout.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)