Sur ce coup, je me découvre un peu Suisse-alémanique. Ou Allemand. Ou UDC. Ou libertaire. Globalement, je suis d’accord avec la majorité des Suisses, le gouvernement fait du bon boulot pour répondre au Covid-19. Mais je suis aussi d’accord avec cette minorité, davantage Alémanique, qui pense que le déconfinement pourrait aller un poil plus vite, comme l’indiquait un sondage de la SSR la semaine dernière (une autre minorité, plutôt Latine, penche pour aller plus lentement). Dans les écoles par exemple. Là, je trouve en particulier mon canton, Genève, bien frileux. D’ailleurs, sur ce coup, je peine parfois à comprendre les Suisses romands, surtout ceux sur la frontière française. A croire parfois qu’ils écoutent plus les recommandations de nos voisins que celles de Berne. Non, il n’y a pas de confinement en Suisse, mais un semi-confinement (c’est comme notre démocratie, elle n’est pas directe, mais semi-directe). Porter le masque? Non, ce n’est pas obligatoire mais recommandé dans certaines circonstances précises (et évolutives). Voir des personnes âgées, même pour les plus jeunes? Non, cela n’a jamais été interdit. Il fallait simplement garder une juste distance et ne pas les réquisitionner pour le gardiennage quelque temps. Ce n’est pas toujours clair? C’est vrai, mais où y voit-on clair face au virus? Je préfère les incitations aux interdictions, les règles à interpréter plutôt que des interdits à franchir. Avec un peu d’improvisation et pas mal de bon sens, cela fonctionne. Cela fonctionne d’autant mieux que le Suisse est discipliné et prudent de nature. Le déconfinement, cela va être compliqué. Mais osons un peu plus, surtout de ce côté de la Sarine.

Lire à ce propos: Les dangers d’une société divisée face à la sortie de crise

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.