Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Cent dollars investis en bitcoin le 1er janvier 2011 vaudraient actuellement plus de 1,5 million.
© DADO RUVIC / Reuters

Editorial

Pas de protection contre la naïveté

EDITORIAL: La folie des levées de fonds en bitcoins bat son plein, largement en marge des lois existantes. Et parfois sans être réglementées du tout

Pour une fois, la Suisse est en avance. A Zoug et de plus en plus à Genève, notre pays accueille un nombre croissant d’acteurs des crypto-monnaies et des autres applications de la blockchain, ce registre numérique ineffaçable sur lequel reposent les monnaies virtuelles. Les grandes écoles fournissent la maîtrise de la technologie, la place financière déborde de savoir-faire et d’outils juridiques adéquats, comme les fondations.

Trois des six plus importantes levées de fonds en bitcoins au monde ont été lancées depuis notre pays cette année. Ces trois ICO (pour Initial Coin Offering) ont rapporté l’équivalent de près de 500 millions de francs aux start-up concernées. Au niveau mondial, près de 3 milliards de dollars ont changé de main dans de telles opérations depuis le début de l’année. Sans réglementation spécifique.

Aux Etats-Unis, la frénésie est telle que des célébrités comme Paris Hilton font la promotion d’ICO. Une obscure société anglaise, Online Plc, ajoute le mot blockchain à son nom et son action bondit de 394% en une journée, fin octobre. Sans qu’elle ait le moindre projet de produit ou de service précis. On a clairement l’impression que les règles de la finance traditionnelle ne s’appliquent plus, et c’est en partie vrai.

Chaque pays réagit à sa façon face à la multiplication des ICO. La Chine et la Corée du Sud les ont interdites, le Japon y réfléchit. Aux Etats-Unis et en Suisse, les gendarmes financiers cherchent à les encadrer en les faisant entrer dans les cases du droit existant. L’autorité de surveillance suisse, la Finma, veut protéger le public, mais sans tuer l’innovation dans les technologies financières et les emplois bien rémunérés qui vont avec. Pour ce faire, une poignée de ses employés analysent les ICO «made in Switzerland», des sanctions sont déjà tombées contre les créateurs d'un fausse cryptomonnaie.

Lire également: A Zoug, la ruée vers l’or du XXIe siècle

Reste qu’en Suisse, il est tout à fait légal de lever des capitaux sans devoir respecter la moindre réglementation. Il suffit de ne pas déclencher l’application des lois en vigueur. C’est tout à fait possible et même assez simple. Surtout, on n’est pas obligé de s’engager à rembourser les sommes reçues.

Lire aussi: Zoug dans le far west numérique?

Dans notre approche juridique plutôt libérale, si des individus veulent financer des projets inexistants, nébuleux, en utilisant des monnaies virtuelles qui peuvent gagner ou perdre 20% de leur valeur en une journée, et sans aucune garantie ni perspective de gain, personne ne peut les en empêcher.

Aucune loi ne protège contre la naïveté ou l’aveuglement. Mais comme 100 dollars investis en bitcoins le 1er janvier 2011 vaudraient actuellement plus de 1,5 million, la tentation est grande de miser un peu ou beaucoup. Surtout que parmi la foule d’ICO qui continuent d’être lancées, beaucoup permettront de financer des entreprises innovantes et quelques-uns rapporteront de l’argent à ceux qui y participent. Mais vu la complexité et le côté obscur du phénomène, il sera difficile de les identifier.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)