A notre grande indignation, le Conseil national et le Conseil des Etats ont affaibli la loi sur les produits du tabac. Dans la presse imprimée et l’internet, la publicité pour les produits du tabac et de la nicotine reste autorisée, tout comme le parrainage d’événements nationaux. Il n’est donc plus question de protection effective des mineurs. Le Conseil des Etats propose même de supprimer de la loi l’obligation de déclarer les dépenses publicitaires pour les produits du tabac et de la nicotine. Même les exigences minimales de la Convention-cadre mondiale de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT), non ratifiée par la Suisse, ne sont pas respectées. Du point de vue de la politique de santé et de l’économie, c’est complètement incompréhensible.

De l’e-cigarette à la cigarette

Les enfants et les adolescents sont séduits par la publicité, la promotion et le parrainage du tabac, qui les incitent à adopter des produits qui créent une forte dépendance. La publicité touche les enfants et les jeunes, que ce soit intentionnellement ou non. Des études montrent qu’une interdiction totale de la publicité, de la promotion et du parrainage réduit la consommation de produits du tabac de 7%. Les pays européens les plus avancés en matière de prévention du tabagisme limitent de manière exhaustive la publicité pour le tabac.

Les enfants et les adolescents fumeurs se plaignent beaucoup plus d’essoufflement ou de symptômes d’asthme que leurs camarades non fumeurs

Une étude zurichoise récemment publiée montre qu’environ 70% des filles et 60% des garçons âgés de 16 à 17 ans utilisent des produits du tabac, notamment des e-cigarettes. Les enfants et les adolescents fumeurs se plaignent beaucoup plus d’essoufflement ou de symptômes d’asthme que leurs camarades non fumeurs. Cette tendance est confirmée par l’étude HBSC qui a analysé les comportements de santé et les styles de vie des élèves âgés de 11 à 15 ans en Suisse et dans une quarantaine d’autres pays: 51% des garçons et 35% des filles de 15 ans ont déjà pris une e-cigarette. Il est de plus en plus évident que l’utilisation des e-cigarettes augmente le risque que les jeunes fument des cigarettes classiques ultérieurement.

Une loi insuffisante

Les sociétés soussignées concluent que la loi sur les produits du tabac élaborée par le parlement est insuffisante. Pour une protection efficace des mineurs, des restrictions globales sur la publicité, la promotion des produits du tabac conventionnels, alternatifs et des e-cigarettes sont absolument nécessaires. Cela ne limite pas leur disponibilité pour les adultes dépendants du tabac. Cependant, c’est le seul moyen d’empêcher nos enfants et nos jeunes de commencer à consommer, de devenir dépendants de la nicotine et, plus tard, de souffrir et de mourir de maladies fréquentes et coûteuses pour notre société. Après tout, le tabac est le principal facteur de risque évitable pour le développement des maladies non transmissibles, comme la bronchopathie obstructive chronique, le cancer du poumon et les maladies cardiovasculaires.


Ligue pulmonaire suisse

Société suisse de cardiologie

Société suisse de cardiologie pédiatrique

Société suisse de chirurgie cardiaque

Société suisse de pneumologie

Société suisse de pneumologie pédiatrique

Société suisse de chirurgie thoracique

Lire également:

«La loi sur le tabac sera un tigre de papier»

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.