Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Ce mercredi à Rome, François le facétieux a posé avec les artistes du Rony Roller Circus.
© Franco Origlia/Getty Images

Revue de presse

Quelques menus potins sur le pape François en visite à Genève

Le souverain pontife se trouve ce jeudi dans la Cité de Calvin. Dernières petites «news» avant une journée qui s’annonce mémorable

Jour J. Tant attendu, tant médiatisé. C’est ce jeudi que le pape François, porteur de son message de paix – simplicité, humilité, bla bla bla – passera dix heures en Suisse pour promouvoir le dialogue et l’unité avec les protestants et les orthodoxes, volonté placée d’emblée sous la responsabilité des jeunes, comme le montre son dernier tweet. Il sera pour ce faire l’invité du Conseil œcuménique des Eglises (COE) et présidera à une célébration qui ne saurait mieux porter son nom qu’aujourd’hui, une grand-messe, à Palexpo. Tour d’horizon des dernières nouvelles avant l’atterrissage à Cointrin.

Son dernier message sur Twitter:


Pour les philatélistes

«On pourrait le croire au bord de la Méditerranée, tant le Léman est bleu, s’amuse Le Matin. Mais vu le Jet d’eau, il s’agit bien de notre lac. Le pape François n’étant jamais venu en visite officielle en Suisse, un photomontage s’imposait pour pouvoir sortir ce timbre» à temps. «Un peu kitsch, comme image? Nous dépendions du matériel pictural externe existant […] et, en outre, la référence à la ville de Genève devait être clairement visible, répond Nathalie Dérobert Fellay, porte-parole de La Poste suisse. De plus, l’image de marque devait être autorisée par le Vatican. Il nous semble que la mise en œuvre correspondant à l’occasion est réussie.»

Arnaud Bédat dans ses bagages

A bord de l’avion, il y aura évidemment le souverain pontife, mais aussi sa «garde rapprochée» et une soixantaine de journalistes, dont le correspondant du Temps à Rome, Antonino Galofaro, et l’omniprésent Arnaud Bédat. «Il travaille pour L’illustré et est l’auteur de deux livres sur le pape, […] «habitué» de ces voyages avec François; des voyages qui réservent parfois quelques surprises», comme il l’a confié à Judith Monfrini de Radio Lac, et aussi à Radio Fréquence Jura. «C’est toujours impressionnant de se trouver à deux ou trois rangs derrière lui», dit-il. Mais attention, il est «imprévisible»: «Il se pourrait bien qu’il décide de façon inopinée de se rendre sur la tombe de l’écrivain argentin Jorge Luis Borges, au cimetière des Rois, du côté de la Jonction.»

Le pontonnier du réconfort

«Lorsque le pape se pose à l’aéroport de Genève, il n’est qu’à quelques battements d’ailes de colombe de la France et, comme la Garde suisse est chez elle, deux hallebardiers en grande tenue l’accueillent», poétise Paris Match. A Palexpo, explique le magazine, il saura «réconforter les 40 000 catholiques de Suisse romande, alémanique, italienne et les frontaliers dans ce pays comptant 40% de catholiques, 27% de protestants, et 5% de musulmans, le reste se déclarant sans religion». Morale de l’histoire, selon le secrétaire général du COE: il ne faut pas oublier que «souverain pontife signifie d’abord celui qui traverse les ponts». Même les Franco-Suisses:

Le «serviteur des serviteurs»

C’est d’abord le «souverain pontife», confirme l’abbé valaisan François-Xavier Amherdt au Nouvelliste. «Celui qui fait des liens. […] C’est la communion qui fait l’unité. Ensuite, c’est l’évêque de Rome, le successeur de Pierre et Paul. Il a une fidélité au passé ouverte à l’avenir. […] Enfin, c’est le serviteur des serviteurs. Quand François lave les pieds aux migrants, il montre qu’il est le plus petit de tous.» Mais comment expliquer que ce pape-là fasse l’unanimité? «C’est un rassembleur. C’est magnifique de voir que les 41 000 places de Palexpo sont parties en un jour» – «une billetterie pire que celle de Paléo», s’amuse la Tribune de Genève. Et puis «François parle à tous les hommes et les femmes de bonne volonté, pas seulement aux catholiques. Il est ouvert au monde. Il a un style prophétique: il a la capacité de surprendre par sa générosité, sa fougue.»

Un soldat genevois

«Parmi ceux qui seront tout près» de lui, il y aura Guillaume Vergain. Ce Genevois de 25 ans a fait partie de la mythique Garde suisse pontificale. «Il a terminé il y a un an et demi son service au sein du Vatican. Il a réalisé son rêve d’enfant en 2014.» Il explique à la radio One FM «le rôle de soldat dans une des plus petites armées du monde». Nul besoin de nuancer, c’est bien la plus petite, la Guardia Svizzera Pontificia:

Simple jusque dans l’assiette

Radio Lac, décidément bien informée, sait bien sûr que «le pape fera également un tour par le canton de Vaud, au château de Bossey, pour un repas avec une soixantaine de convives. Un repas millimétré de 40 minutes et simple, comme l’a voulu le pape.» Rémy Pheulpin, le chef de cuisine, lui a révélé, en exclusivité, le menu de ce repas: «Tartare de légumes croquants avec un mesclun de printemps; duo de poissons de ligne, grillés, sur une poêlée de légumes du jardin; tarte au citron meringuée.» Non, pas de longeole, et encore moins de papet.

Réglé au millimètre à Palexpo

«Le design du mobilier de la messe du pape et sa décoration seront épurés et déclinés dans des couleurs pastel», indique le site Cath.ch. «Le Vatican fournit le plan de base avec des impératifs très précis: mensurations de l’autel, de l’ambon et du siège du pontife ainsi que les distances exactes séparant les meubles entre eux et du bord de la scène. […] L’autel mesure 3 m de longueur, 1 m de hauteur et autant de profondeur. Le siège du pape respecte les normes imposées par le Saint-Siège avec un dossier de 1,5 m de hauteur et l’ambon de 1,4 m de hauteur et seulement 60 cm de profondeur.»

Les organisateurs souhaitent que «l’environnement incite au recueillement». «Nous ne sommes pas au spectacle», disent-ils. Pourtant, il a commencé depuis un bon bout de temps.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)