Les nostalgiques des westerns, américains ou spaghettis, se souviennent de la trilogie des dollars de Sergio Leone, magistralement interprétée par Clint Eastwood: Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus et enfin Le Bon, la Brute et le Truand. Ces malheureux dollars, gagnés à courir après des truands dont la tête était mise à prix, peuvent sembler bien dérisoires dès lors que le XXIe siècle ne compte qu’en milliards. Alors qu’on enviait les millionnaires autrefois, il faut des milliardaires désormais pour nous faire saliver. De même, les budgets des Etats, l’ampleur des dettes, des plans de relance, des déficits et, parfois, des bénéfices ont changé d’unité.