Opinion

Quelques questions sur le nouveau gouvernement de la République démocratique du Congo

OPINION. La République démocratique du Congo (RDC) a enfin un nouveau gouvernement, écrit Christine von Garnier. Il est pléthorique et placé sous l’influence du clan Kabila

Quelle surprise à la télévision suisse romande: on y a vu une publicité africaine, c’était pour la République démocratique du Congo (RDC)! Tout y apparaît d’une manière si attractive… Et pourtant! Le président Félix Tshisekedi, élu il y a sept mois, a certes finalement nommé son gouvernement le 26 août. Mais à part quelques exceptions, les 81 millions de Congolais n’ont pas de quoi se réjouir. C’est «business as usual», c’est-à-dire que derrière les personnes nommées, il y a le clan Kabila qui continue de tirer les ficelles.

L’ombre de Kabila

Tout devient compliqué. Il y a d’abord cette démesure: les 66 personnes nommées vont accroître la lenteur et l’opacité des décisions, et coûteront 630 millions d’euros par an (selon les estimations de Radio France Internationale). La grande majorité des postes sont occupés par des proches de l’ancien président Joseph Kabila. Un tiers seulement est issu de la coalition présidentielle. L’ex-président reste ainsi au cœur du pouvoir ayant maintenant la main sur l’exécutif et sur le législatif puisque son parti avait remporté les élections législatives.