L’expression de « Kulturkampf » (le «combat pour la civilisation») vient d’Allemagne. Elle a été forgée par les partisans de Bismarck pour désigner le conflit qui a opposé ce dernier à l’Eglise catholique à partir de 1871. Elle a été étendue aux tensions parfois très vives qui ont accompagné l’affranchissement des Etats modernes du pouvoir de l’Eglise romaine au 19e siècle. En Suisse, ses premières manifestations se produisent dès les années 1830.

1841. L’affaire des couvents d’Argovie. Le Grand Conseil fait fermer des couvents suite aux protestations qu’a suscitées la nouvelle Constitution cantonale radicale.

1844. Le rappel des Jésuites. Lucerne leur confie l’enseignement supérieur. La colère gronde dans les cantons dits « régénérés ».

1844-45. L’expédition des corps-francs. Dépités de n’avoir pas obtenu de la Diète fédérale des mesures énergiques contre Lucerne, les radicaux de Berne, Soleure et Argovie organisent des attaques armées.

1845. Le Sonderbund. Poussés à bout, sept cantons catholiques forment une alliance séparée totalement contraire au Pacte fédéral. Ils sont remis à l’ordre par les troupes fédérales en 1847.

1848. La première Constitution fédérale. Triomphe des radicaux. L’ordre des Jésuites est interdit.

1864. «Syllabus errorum». Joint à l’encyclique Quanta cura, ce texte illustre le raidissement du pouvoir pontifical qui condamne le mariage civil, l’instruction publique et la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Le fossé se creuse encore avec la proclamation du dogme de l’infaillibilité papale en 1870.

1873. Le Kulturkampf à son comble. L’évêque de Bâle, Mgr Lachat, est déposé par plusieurs cantons du diocèse. Le gouvernement bernois expulse 69 prêtres jurassiens. Le Conseil fédéral bannit Mgr Mermillod pour avoir créé un vicariat général à Genève sans son autorisation. Il renvoie à Rome le nonce apostolique.

1874. «Les articles confessionnels» ou «d’exception». La nouvelle Constitution fédérale renforce les mesures de 1848. La prohibition de l’ordre des Jésuites est complétée par l’interdiction faite à ses membres de prêcher et d’enseigner en Suisse. Les Chambres ont le pouvoir d’interdire d’autres ordres religieux. Aucun nouvel ordre ni couvent ne peut être fondé, les anciens ne peuvent être rétablis. Il ne peut être érigé de nouvel évêché sans l’assentiment du Parlement.

1878. Election de Léon XIII. L’arrivée d’un nouveau pape marque un apaisement du Kulturkampf.

1891. Le premier conservateur au Conseil fédéral. Les radicaux passent un compromis historique avec les cantons du Sonderbund et élisent le Lucernois Josef Zemp au gouvernement.

1973. Abrogation des articles confessionnels. La volonté de la Suisse d’adhérer à la Convention européenne des droits de l’homme précipite le mouvement. L’article sur les évêchés est cependant maintenu jusqu’en 2001.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.