Francisco Franco est exhumé le 24 octobre 2019 et ses restes déplacés au cimetière El Pardo-Mingorrubio dans la banlieue madrilène, auprès de sa femme Carmen Polo. La procédure, sous haute sécurité, a lieu en présence de la ministre de la Justice, Dolores Delgado, et de la famille de l’ancien dictateur, sans les honneurs de l’Etat exigés par ses proches. Cette date historique fait suite à une longue bataille juridique, dans une Espagne clivée sur son passé franquiste; un passé criminel n’ayant fait l’objet d’aucune poursuite pénale ni de condamnation politique consensuelle.

Atteint de la maladie de Parkinson, Franco meurt au pouvoir, le 20 novembre 1975, après avoir été artificiellement maintenu en vie durant plus d’un mois. Le Caudillo avait soigneusement préparé sa fin et sa succession, comme en atteste la sépulture érigée de son vivant: l’imposant et très touristique mausolée du Valle de los Caídos («Vallée de ceux qui sont tombés»), basilique monumentale construite par des prisonniers républicains, honorant les morts de la victoire fasciste durant la guerre d’Espagne. La tombe de Franco, régulièrement fleurie, était, jusqu’à hier, entourée des ossuaires de plus de 30 000 victimes de la guerre civile (1936-1939) arbitrairement transférés par le régime franquiste dans les années 1950.