Opinion

Ramener la Pologne au sein de l’Europe

OPINION. Le leader du principal parti d’opposition polonais, Grzegorz Schetyna, s’empare du discours d’Emmanuel Macron sur l’Europe pour pousser au changement dans son propre pays.

Le récent appel du président français Emmanuel Macron à réformer l’Union européenne (UE) est un signe d’espoir pour le continent tout entier. Même si nous avons nos différences, nous sommes d’accord en ce qui concerne les questions essentielles. Macron a fondamentalement raison quant à ce que l’Europe doit faire pour continuer à prospérer. Nous devons revitaliser l’UE en la rendant plus démocratique, plus solidaire et plus juste. Et nous devons renforcer l’Europe contre les ennemis qui veulent l’affaiblir – à savoir, les forces populistes internes et les puissances étrangères qui les soutiennent.

Lire aussi:  Emmanuel Macron: «Pour une Renaissance européenne»

Lorsque les populistes accèdent au pouvoir, comme le parti Droit et Justice (PiS) en Pologne, ils rêvent de semer la division entre les partis d’opposition démocratiques. Mais nous avons surmonté leur stratégie cynique en créant la Coalition européenne des forces d’opposition avant les élections du Parlement européen en mai. Cette nouvelle alliance démocratique, que je dirige, est déjà en tête dans les sondages d’opinion et en voie de vaincre le PiS – d’abord en mai puis aux élections législatives de Pologne cet automne. Les deux élections sont cruciales. La Pologne a besoin d’un nouveau gouvernement qui respecte l’Etat de droit et qui joue un rôle positif dans l’UE. Et l’Europe a besoin d’une Pologne qui, tout en défendant ses propres intérêts, combat avec autant de vigueur pour les valeurs démocratiques qui sont essentielles à l’avenir de l’UE.

Ecarter le PiS

La Pologne connaît de première main les menaces – les attitudes anti-européennes et les attaques contre l’Etat de droit – que Macron a si bien soulignées. Bien que les Polonais soient parmi les peuples les plus pro-européens au sein de l’UE, Jarosław Kaczyński, dirigeant du PiS et chef de facto du gouvernement polonais, empoisonne nos relations avec l’Union. Le gouvernement actuel a marginalisé à tel point la Pologne au sein de l’UE que sa voix importe peu. Voilà pourquoi chaque politicien polonais raisonnable considère le retour de notre pays à une position respectée et active au sein des structures européennes comme un intérêt vital pour la sécurité nationale. Cela ne se produira pas à moins de vaincre le PiS au plus tard cette année. Si le PiS remporte un second mandat au pouvoir, Kaczyński pourrait bien administrer les doses finales de son poison xénophobe, en subordonnant complètement le pouvoir judiciaire de la Pologne et des médias aux caprices de son parti. Est-ce qu’un pays sans pouvoir judiciaire indépendant peut rester au sein de l’UE? Je ne le crois pas.

Un nouveau gouvernement polonais dirigé par la Coalition européenne chercherait à participer aux initiatives de Macron pour réformer l’UE. Nous sommes d’accord avec lui pour dire que l’UE peut rivaliser avec d’autres puissances mondiales d’une manière qui reste impossible à un seul Etat membre. Nous sommes également d’accord pour dire que l’UE doit renforcer ses frontières extérieures, protéger ses processus démocratiques des manipulations externes et investir dans la recherche et l’innovation à un niveau similaire à ceux des Etats-Unis et de la Chine. En outre, les Etats membres individuels et l’UE dans son ensemble doivent commencer à coordonner les politiques économiques, de défense et de l’éducation. Nos lacunes actuelles dans ce domaine donnent aux acteurs étrangers un avantage et augmentent le risque qu’ils s’emparent d’autres branches de l’industrie européenne.

Réaffirmer le lien transatlantique

Mais je ne suis pas convaincu par la suggestion de Macron selon laquelle la création de nouvelles agences de l’UE est la meilleure façon d’aborder ces questions. L’UE en a déjà plus de 30. Davantage d’agences signifie davantage de bureaucratie – un résultat qui est peu susceptible d’inspirer beaucoup d’enthousiasme pour l’Europe. Une solution plus simple consisterait à renforcer les institutions existantes de l’UE et à veiller à ce qu’elles reçoivent un financement suffisant. Macron a raison de dire que «le progrès et la liberté consistent à être en mesure de vivre de votre travail». Mais toute tentative administrative d’égaliser les coûts de main-d’œuvre de l’UE risque d’entraîner des pertes d’emplois en Pologne et ailleurs en Europe centrale et de réduire les entrées de capitaux qui aident à augmenter les salaires et qui permettent à la région de rattraper les pays plus riches. L’industrie va continuer de quitter les pays de l’UE qui ne sont pas suffisamment compétitifs, pour rejoindre d’autres parties du monde – et non pas l’Europe centrale.

Si le PiS remporte un second mandat au pouvoir, Kaczyński pourrait bien administrer les doses finales de son poison xénophobe

Cependant, Macron a sans aucun doute raison de souligner l’importance de la défense et de la politique de sécurité européenne. Si nous accédons au pouvoir en Pologne, la Coalition européenne a l’intention d’engager un débat stratégique entre les dirigeants de l’UE pour élaborer des mesures institutionnelles efficaces et élargir les ressources de défense de l’UE. L’UE a besoin d’un budget de la défense robuste et d’une coordination de la production au sein de l’industrie de la défense de l’Europe pour garantir que nous pouvons réaliser les missions que nous entreprenons. Ici, l’UE devrait faire preuve de davantage d’initiative en ce qui concerne sa coopération future avec l’OTAN. Elle devrait s’efforcer de réaffirmer ses liens transatlantiques et de renforcer les liens opérationnels entre les capacités militaires des deux organisations. La clé de notre succès commun est la capacité de défense – transatlantique chaque fois que possible, européenne en cas de besoin.

Achever l’intégration européenne

Nous ne devons pas oublier non plus la tâche importante d’achever l’intégration européenne. Accueillons les pays des Balkans occidentaux quand ils seront prêts. Et respectons les aspirations européennes de l’Ukraine, qui est d’une grande importance stratégique pour la Pologne et l’UE. La solidarité européenne devrait s’étendre jusqu’aux villes ukrainiennes – si elle ne le fait pas, l’Europe ne sera jamais un tout sécurisé.

Il y a trente ans, les Polonais ont surmonté leurs divisions internes et ont rejeté de manière retentissante le communisme et la servilité vis-à-vis de l’Union soviétique. Cela a finalement conduit à la chute du mur de Berlin et à la fin du communisme en Europe. Aujourd’hui, face à un gouvernement populiste qui veut nous diviser, nous devons également rester unis dans la cause de la démocratie, de notre rejet de l’autoritarisme sans foi ni loi, comme nous l’étions en 1989. L’appel de Macron au renouveau européen est arrivé au bon moment. Nous sommes déterminés à remettre la Pologne à sa juste place en Europe démocratique et nous sommes prêts à entreprendre notre tâche commune de réforme de l’UE.


Copyright: Project Syndicate, 2019.
www.project-syndicate.org

Publicité