Il faut le dire d’emblée. Le rapport de la mission d’experts internationaux et chinois que l’OMS va officiellement présenter ce mardi est problématique. S’il contient nombre de faits scientifiques qu’il serait présomptueux de remettre en question, il interroge néanmoins. Sa publication sans cesse retardée est un désastre communicationnel. L’OMS en a perdu le contrôle, subissant malgré elle le bras de fer en coulisses entre Chinois et experts d’un côté, l’OMS et Pékin de l’autre.