Qu’a-t-il fallu pour qu’aujourd’hui, l’humanité échange environ 200 milliards de mails par jour? Il a tout d’abord fallu, en 1972, que circule le premier courriel de l’Histoire. A l’époque, grâce à «deux programmes informatiques décisifs, explique Le Figaro: d’une part le SNDMSG, qui permet d’envoyer un message sur un réseau dénommé Arpanet; et d’autre part Readmail, qui permet d’obtenir et de lire ces mêmes messages.» A partir de là, «le courrier informatique était né».

Le «pionnier du numérique» qui avait réussi ce prodige, c’était Ray Tomlinson. Il vient de mourir, a indiqué sur sa page Facebook et sur Twitter Vinton Cerf, le co-inventeur du protocole TCP/IP – qui qualifie l’ensemble des protocoles utilisés pour le transfert des données sur Internet – et aujourd’hui vice-président chez Google:

C’était un «barbu au sourire jovial», né en 1941 à Amsterdam (Etat de New York) et formé au Massachussetts Institute of Technology (MIT). Il avait alors «révolutionné la communication» en mettant «aussi au point l’adresse électronique: il imaginera de réunir l’identité d’une personne et le nom d’une entreprise», comme il l’a raconté bien plus tard au magazine Wired. «Anecdote intéressante», que raconte Le Point, relayé par Le Huffington Post, il est aussi «l’auteur du tout premier e-mail de l’histoire. Un message test que voici: «QWERTUYOP» (la première ligne du clavier qwerty)», dont on saura davantage sur la genèse en se référant au Times ou au Financial Times.

Lire aussi: L’inventeur de l’e-mail est décédé

«Quarante-cinq ans après cette innovation, les courriels et l’arobase sont devenus des outils familiers, utilisés quotidiennement.» En 2009, Tomlinson a reçu le Prix prince des Asturies en sciences et technologies, et trois ans plus tard, il est entré au temple de la renommée (le Hall of Fame) d’Internet, dans la catégorie des innovateurs:

Depuis l’annonce de sa mort, les hommages pleuvent, indique le Guardian, rendus à cet homme qui figure parmi les quelques rares sur lesquels reposent les fondements de la révolution numérique:

Avant ses travaux, «l’ancêtre du courriel avait des capacités très limitées, lit-on sur le site de Radio-Canada. Or, M. Tomlinson a permis d’envoyer un message électronique à plusieurs internautes à la fois, et ce, sans aucune contrainte imposée par le système. […] Malgré le fait qu’il a récolté de nombreux prix et autres récompenses, ses collègues ont affirmé qu’il était un homme humble et modeste. Et, étonnamment, il n’était pas du genre à consulter fréquemment ses courriels»…

Lire aussi: Pourquoi l’arobase (@) est-il utilisé dans toutes les adresses courriel?

«Les gens aimaient travailler avec lui, témoigne un de ses anciens collaborateurs sur la National Public Radio américaine. Il était très patient et généreux, un type vraiment bien, les pieds sur terre.» Mais «étrangement, constate Libération, son nom était beaucoup moins connu […] que celui de Tim Berners Lee», par exemple, l’inventeur du World Wide Web. Pour mieux mesurer sa simplicité, il suffit de le voir raconter sa formidable invention dans cette vidéo:

Elaine Anselm, program manager chez Raytheon BBN Technologies, s’est dite très affectée sur sa page Facebook, elle qui avait aussi travaillé avec lui. L’homme semble en effet avoir profondément marqué ceux qu’il a croisés au cours de sa longue carrière, dont il a livré tous les passionnants détails dans une interview donnée il y a quelques années à The Verge.