Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le RBI fait campagne
© ALESSANDRO DELLA VALLE

Opinion 

Le RBI ne fait plus rire le Conseiller fédéral Alain Berset

Le Conseiller fédéral craint que le RBI induise une baisse de l’incitation à exercer une activité lucrative. Les sondages et les expériences pilotes indiquent unanimement que seuls 2% de la population arrêteraient de travailler avec le RBI et en Suisse, estime Ralph Kundig président de BIEN-Suisse

«Le débat ouvert par le RBI est intéressant, mais maintenant, il faut passer aux choses sérieuses» nous dit le Conseiller fédéral Alain Berset en nous invitant à rejeter l’initiative pour un RBI, comme le fait d’ailleurs le Conseil fédéral pour quasi toutes les initiatives populaires. M. Berset a raison au moins sur un point: si nous rejetons cette initiative, les choses pourraient en effet devenir assez sérieuses.

Les progrès technologiques causeront la mort de nos assurances sociales

Ce n’est pas le RBI qui causera la mort de nos assurances sociales, mais les progrès technologiques de la 4e révolution industrielle. Elle rend le travail humain moins nécessaire pour la production. Les emplois menacés d’automatisation – ou d’externalisation – ne se limitent plus aux activités peu qualifiées. Les bonds de l’intelligence artificielle la mettent en concurrence directe avec les emplois, même de cols blancs.

La baisse du taux d’emploi réduit les cotisations salariales indispensables pour financer nos assurances sociales. L’AVS est déjà au bord de la faillite. Le RBI se substitue avantageusement à notre système social actuel parce qu’étant inconditionnel et universel, il peut être financé directement par l’activité économique, et non uniquement par les cotisations salariales ou la fiscalité. Aujourd’hui, l’utopie n’est plus le RBI, mais de penser qu’un système social dépendant du plein-emploi est encore pérenne.

Introduire une micro taxe sur les transactions financières électroniques

Le Conseil fédéral parle aujourd’hui d’un coût de 25 milliards pour le RBI, après l’avoir précédemment chiffré à 153 milliards. Une petite différence de 128 milliards qui rend le Conseil fédéral peu crédible, même pour son nouveau chiffre. A partir des calculs d’economiesuisse, il s’agit seulement de trouver 18 milliards, soit moins de 3% du PIB. Pour couvrir ce montant, nul besoin d’augmenter la TVA. Il suffit d’introduire une micro taxe sur toutes les transactions financières électroniques (TTFE) du pays de 0.02%, par exemple Fr. 20.- pour un paiement de Fr. 100’000.-. Ce n’est pas une taxe Tobin limitée à des transactions boursières facilement délocalisables, comme semble le comprendre M. Berset.

En réalité, un RBI n’est pas un coût pour l’économie, c’est un bénéfice. D’une part, il simplifie et réduit les coûts de notre Etat social en permettant l’économie de plusieurs prestations sociales financières qu’il remplace, notamment l’AVS, les allocations d’études ou familiale, l’AI, l’aide sociale et une partie du chômage. D’autre part, il encourage les gains en productivité, l’innovation et la création d’activités. Il réduit enfin les coûts de la santé causés par le stress lié au travail qui dépassent aujourd’hui les 20 milliards.

M. Berset défend la valeur travail et son rôle pour l’intégration sociale. Seuls 40% du travail nécessaire à la production du PIB est rémunéré. L’activité sous toutes ses formes est facteur d’intégration, pas seulement l’emploi. De plus, dans un contexte de raréfaction de l’offre, l’intégration sociale souffre d’une mise en concurrence exacerbée entre employés et même parfois du mobbing.

Valoriser le seul travail payé n'a plus de sens aujourd'hui

Valoriser le seul travail payé n’a plus de sens aujourd’hui, car sa valeur ajoutée repose essentiellement sur le travail des générations passées dont les bénéfices sont devenus domaine public. Qu’il s’agisse du moteur à explosion, des routes, des canalisations, des réseaux d’énergie, d’information, de télécommunication ou encore, des logiciels libres et de l’intelligence artificielle, c’est notre patrimoine commun sans lequel aucune industrie ne produirait aujourd’hui avec si peu d’emploi. Il faut dépasser le mythe que la rémunération du travail est uniquement fonction de sa propre valeur ajoutée et reconnaître la valeur «travail» pour toutes les personnes actives, qu’elles soient rémunérées ou non.

M. Berset parle de baisse de l’incitation à exercer une activité lucrative. Les sondages et les expériences pilotes indiquent unanimement que seuls 2% de la population arrêteraient de travailler avec le RBI et en Suisse, on vote contre plus de vacances. Ce n’est pas dans notre nature d’être oisif ou de se contenter du minimum, excepté avec l’effet de seuil de notre système social conventionnel ajouté au manque de perspective de trouver un emploi équitablement rémunéré.

Il s'agit d'un changement de paradigme

Citant M. Berset pour conclure, «L’initiative propose de passer d’une logique d’assurance à une logique d’existence». Il s’agit d’un changement de paradigme. Une fois le principe adopté, le Parlement et le peuple choisiront la meilleure façon de le mettre en place. Et si contre toute attente, aucune solution n’obtenait de consensus politique, sa mise en pratique serait alors différée. Voter oui à l’initiative du RBI est simplement placer son application ultérieure dans le champ des possibles.

Lire aussi:  «Alain Berset assassine le revenu de base inconditionnel»

Lire aussi:  «Le revenu de base inconditionnel est une réponse logique à l'évolution de l'économie»


Ralph Kundig, président de BIEN-Suisse, qui milite pour l’introduction d’un RBI en Suisse

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)