Maintenant que le père a été partiellement neutralisé, Marine le Pen n’a pas envie de se faire marcher sur les pieds par la benjamine de la tribu. La tante a ainsi «convaincu» Marion Maréchal-Le Pen d’annuler sa participation prévue pour le 10 novembre à «l’Emission politique» de France 2, où la jeune députée du Vaucluse aurait bénéficié de deux heures de prime time sur une grande chaîne.

Dans un premier temps, c’est bien Marine Le Pen qui avait été conviée à s’exprimer. Mais la patronne avait décliné l’invitation de David Pujadas et Léa Salamé pour des raisons de calendrier. Elle ne voulait pas y participer avant février, quand le nom du vainqueur de la primaire de droite sera connu, et son programme arrêté. Le tandem de journalistes politiques s’est donc rabattu sur Marion Maréchal-Le Pen sans que cette dernière en informe sa tante.

Deux pans du FN

L’affaire révèle deux choses: la très mauvaise communication au sein du parti et une rivalité entre les deux blondes qui incarnent chacune un pan du FN. Il faut dire que la préférée du grand-père, l’icône des manifestations anti-mariage pour tous et la porteuse pop des valeurs les plus conservatrices et identitaires, ne cesse d’être «le ça» du FN quand la tante se voudrait son surmoi.

Et c’est précisément parce que Marion Maréchal-Le Pen reste proche de cet ADN d’origine qu’elle est devenue l’objet d’un livre à la fois léger et percutant, totalement atypique, que l’on pourrait qualifier de fausse autobiographie inspirée de faits et de propos réels: «Papy, Tatie et moi: Le faux carnet secret de Marion Maréchal», de Josselin Bordat, spécialiste de l’extrême droite et cofondateur du magazine branché «Brain».

Le danger est réel

Pourquoi elle, et pas sa tante? Pour l’auteur, Marion Maréchal-Le Pen n’a jusqu’à présent que peu été moquée et attaquée, contrairement à son aînée. Sa naïveté et son outrance la rendent inoffensive alors que son potentiel de dangerosité n’en est pas moins pernicieux: «Dans le bouquin, elle n’est pas tout le temps gourde et innocente. À des moments, elle est aussi manipulatrice, menteuse et intelligente. Je pense que c’est un personnage politique qui est à la fois une marionnette (oui, jeu de mots) mais c’est aussi quelqu’un qui incarne des idées réelles. Le danger qu’il y a autour de Marion Maréchal-Le Pen est réel. C’est un bouquin qui s’inquiète beaucoup plus de la coalition qui pourrait se former autour d’elle — avec Buisson, Villiers, Valeurs Actuelles — plutôt que de savoir si elle est naïve ou pas» dit l’auteur à Konbini.

Le livre débute le 16 novembre 2022. L’actuelle députée du Vaucluse est devenue présidente de la République, la loi Taubira a été abrogée, l’Elysée déplacé à Nice et les Français de souche identifiés à leurs empreintes digitales. Le livre se présente comme un journal intime que Marion Maréchal-Le Pen aurait tenu depuis l’enfance.

Posters de Zemmour et Poutine

On y trouve ses faux bulletins scolaires; des posters dédicacés de Zemmour et Poutine; les règles du jeu de la dinde qu’elle joue avec ses copines antiféministes Eugénie Bastié et Elisabeth Lévy; des fiches cuisine hilarantes (sa recette du couscous sans semoule et sans merguez est très réjouissante), des snaps à l’Assemblée nationale, des photos légendées et toute une série d’aide-mémoire pour parler la nouvelle langue du FN, le «dédiabolisé». Par exemple, pour ne pas paraître raciste, remplacer l’expression «peur du métissage» par «péril du communautarisme» et le mot «race» par «culture».

L’expérience web de l’auteur et l’inventivité de la maquettiste Laura Acquaviva inscrivent cette satire dans un univers résolument contemporain, où le livre est accompagné d’un compte snapchat dédié et d’une série de vidéos.

Du FN, dans les années 1990, on disait qu’il disait tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. Désormais, ce clivage existe aussi au sein du parti: Marion Maréchal-Le Pen exprime de manière décomplexée ce que sa tante et son adjoint Florian Philippot s’évertuent à gommer.

S’amuser d’un programme tout en démontrant sa dangerosité, s’adresser à un public jeune en faisant de Marion Maréchal la Paris Hilton de la politique, déjouer l’outrance par l’outrance, c’est le pari réussi de cet ouvrage qui n’en révèle pas moins ses limites: faire rire, même à ses dépens, rend toujours sympathique.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.